Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

 

Destination Baléares

Palma de Majorque n’est pas celle que vous croyez…

Les Iles Baleares catalanes ou Islas Baleares castillanes avec les cent et une terres émergées qui forment l’archipel nous offrent de nombreux visages, du simple gros caillou aux réserves naturelles de Cabrera et de Sa Dragonera, cette petite île du Dragon, base du célèbre pirate turc Barberousse où vit désormais un lézard endémique qui se fait rare. Le dragon ?

Mais le plus inattendu c’est bien Palma de Majorque, capitale de la Grande Baléare.Baléares : le plus inattendu c'est bien Palma de Majorque, capitale de la Grande Baléare. Sa réputation d’île bétonnée offerte au tourisme de masse le 17e Land allemand – et peu culturelle sex on the beach- est contrebalancée par la découverte de deux doux amers, gardiens du port et témoins de la grande histoire : le château Bellver qui émerge de son bouquet de pins sur la hauteur et la Cathédrale de la Seu, en bord de mer au cœur de ville. Mais n’anticipons pas Arrivons d’abord en vue des côtes de La Majeure.

Le plateau aux abruptes falaises calcaires de Cap Blanco qu’on aperçoit au Sud-Est et le Cap de Figuera avec sa basse dentelle rocheuse que nous longeons ferment la gigantesque Bahia de Palma. L’arrivée s’effectue dans un complet ravissement et sans dommage mais ce n’était pas autrefois le cas des envahisseurs venus de la mer. Pourtant, de ces escarpements les célèbres Frondeurs baléares repoussaient à coups de lance-pierre les navigateurs de l’Antiquité qui nous ont précédés avec des intentions souvent moins pacifiques.

 

Ce sont les Phéniciens, premiers grands marins de l’histoire de la Méditerranée qui virent ici couler leurs vaisseaux, qui leur ont donné le nom de balé Yaroh, littéralement maitres du lancement. Dans le grand répertoire phonétique des langues, ce sobriquet deviendra Baleares et, par extension le nom de l’Archipel qu’ils habitaient. On raconte que les mères plaçaient les repas de leurs enfants dans les arbres et que ceux-ci ne pouvaient manger qu’en dégommant la cible avec une pierre

Les Grecs, puis les Romains subiront cette redoutable canonnade : des pierres d’un demi kilo, puis des billes de métal gravées de prières ou d’injures lancées à la ligne de flottaison. Fracassant. Les marins de Rome, après des mois d’un siège indescriptible, ne parviendront à approcher et à débarquer qu’en ayant recouvert de cuir la coque de leurs galères, inventant ainsi les premiers cuirassés de l’histoire.

Bientôt connus dans toute la Méditerranée, les Frondeurs baléares seront enrôlés comme artilleurs mercenaires. On les retrouvera aux cotés des Carthaginois lors des Guerres puniques, d’Hannibal dans la traversée des Alpes avec ses éléphants et avec Jules César dans la Guerre des Gaules.

Conservée au cours des siècles par les bergers, cette habileté au maniement de la fronde a été redécouverte dans les années quatre-vingt et élevée au rang de sport national.

 

Alors, c’est sans crainte que nous naviguons vers Majorque dont l’économie florissante est depuis les années cinquante liée au tourisme à plus de 85%.  Avec chaque année plusieurs millions de visiteurs le visage de la Palma moderne s’est paré de cette gigantesque barrière d’immeubles blancs, les pieds dans les palmiers et les palmiers dans l’eau.Baléares : la Palma moderne s'est paré de cette gigantesque barrière d'immeubles blancs, les pieds dans les palmiers et les palmiers dans l'eau.

 

PERPIGNAN POUR CAPITALE

On longe la digue Ouest, un long bras coudé à l’extrémité marquée par un feu à colonne rouge. La ville est protégée par de basses collines et des arrière-plans montagneux. De la verdure émerge l’élégant château Bellver, construit à la naissance du XIVe Baléares : La ville est protégée par de basses collines et des arrière-plans montagneux. De la verdure émerge l'élégant château Bellver, construit à la naissance du XIVesiècle comme résidence d’été de Jaume II, premier véritable roi du royaume indépendant de Majorque. Ce royaume de Majorque, formé par ailleurs du Roussillon, de la Cerdagne et de la Seigneurie de Montpellier, avait Perpignan pour capitale.

Construit à partir d’un plan circulaire de Pere Salvà, architecte du palais de l’Almundaina  bâti en ville, le château Bellver, de style gothique méditerranéen, est l’un des plus beaux édifices de ce genre en Europe. Le site, fortifié et protégé par des douves, outre d’offrir une vue extraordinaire sur la baie et de voir venir les dangers, présentait pour l’époque l’avantage d’un climat salubre jugé bénéfique pour ce roi tuberculeux qui n’en jouira guère

Lorsqu’il ne fut plus résidence royale, on y frappa la monnaie. Mais, avant cela et pendant six siècles, ce sera une prison. Du passage d’officiers français capturés, il garde gravé dans la pierre un vive Napoléon !.

 

Ses trois tours cylindriques sont intégrées au corps principal alors que la Torre de Homenaje, donjon isolé, est délicatement relié à l’ensemble par une arche. La cour ronde intérieure, le Patio de Armas, ceinte de deux étages d’arcades finement déliées est étourdissante de beauté. On ne se lasse pas de faire la toupie au centre de ce puits de soleil qui en enferme un autre, une citerne souterraine qui recueille les eaux de pluie du toit plat. De là-haut, on peut déambuler, découvrir le port, la baie, la ville.

Quand vous vous résignerez à redescendre, arrêtez-vous au rez-de-chaussée : le musée y retrace l’histoire de Palma, la préhistoire de Majorque, l’architecture moderniste de la capitale, les riches heures de sa période romaine et de la Medina Mayurka. A ne pas manquer.

Derrière la digue qui ferme avec le môle de Poniente, la première darse du Port Pi qui accueille les ferries nombreux appelant à une réelle vigilance de notre part, on repère la zone militaire à l’ancien sémaphore, une tour carrée de facture délicate parée de ses quatre bras, surmontée depuis d’un signal optique.

 

DES PONTONS EN VILLE

A l’extérieur du môle, le bâtiment du Club de Mar Mallorca et les premiers pontons d’une série invraisemblable, à la verticale des quais installés tout au long de l’Avenue promenade Gabriel Roca Baléares : les premiers pontons d'une série invraisemblable, à la verticale des quais installés tout au long de l'Avenue promenade Gabriel Rocaqui ceinture le port. Nous approchons à tribord la digue opposée del Levante, un vaste terre-plein, mi-zone commerciale occupée par un nombre incalculable de remorques colorées, masquant pratiquement la double base circulaire du Phare aux volets verts, et mi-zone de chantiers de constructions navales, abritant de gigantesques larves fantomatiques aux formes naviculaires.

Nous prenons le chenal dans la ligne de mire du portail latéral, dit du Mirador, de la cathédrale de la Seu qui domine le très chic Real Club Nautico. A bâbord, des moulins rappellent la grande prospérité agricole des périodes romaine et arabes, quand l’île a été plantée successivement de vigne et d’oliviers, de blé, de figuiers, d’amandiers et d’orangers Au fond du port, les bateaux de pêcheurs, dans un beau désordre de filets offrent un charmant ensemble pour les clients installés à la terrasse d’un bar restaurant. Presque deux mille places soit environ les deux tiers, sont réservées aux plaisanciers Nous pouvons enrouler aux taquets et partir explorer la ville.

Emma Chazelles