Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

 

Destination Canal du Midi

Béziers, canal bucolique

Voici une croisière sans vague ni courant, avec une côte visible autant sur bâbord que sur tribord et de quoi s’amarrer à tout moment : une navigation flubial sur le canal du MidiLe Canal du Midi : Voici une croisière sans vague ni courant, avec une côte visible autant sur bâbord que sur tribord et de quoi s'amarrer à tout moment : une navigation flubial sur le canal du Midi

 

Les beaux jours d’automne sont là. Voiliers qui faisaient les fiers dans les vents chauds de l’été, vedettes qui taillaient leur route houleuse sur la mer ouverte, mâtés, quillards, gros, pressés et puissants, passez votre chemin ! Ici, il faut être bas, plat et tenir  trois nœuds pendant des heures sans fâcher au moteur.

Vous êtes sur un canal. Avec le bateau ad hoc, le capitaine muni du permis fluvial (la location en dispense… bizarre), parti du bassin de Thau ou de Cap d’Agde, peut aller à la découverte de l’arrière-pays, le nez en l’air, sans GPS ni anémo, sans ligne de mouillage, sans autre souci que ses pare battages qu’il aura, pour une fois, le droit de laisser pendre au ras de l’eau.

Faisant la haie sur le passage les platanes et tous les arbres qui aiment avoir les pieds dans l’eau sauront, selon la saison, porter ou retirer leurs feuilles pour cacher ou laisser passer la lumière vers les eaux vertes.

 

VILLENEUVE-LES-BEZIERS

Et, puis, quant à partir sur l’eau douce, autant opter pour un port résolument fluvial. Sautons donc l’escale d’Agde encore très maritime – mais profitons de sa superbe et unique écluse ronde – et filons lentement vers Béziers.

Loin des zones urbanisées et des flonflons de la côte, le canal du Midi serpente mollement entre marais salés et vignobles, se glisse sous les voies rapides, frôle quelques villages. Première escale : la petite halte portuaire de Villeneuve-les-Béziers, patrie de la poésie de langue d’Oc chantée par Jean Laurès, ancienne ville romaine développée sous Charlemagne avant que son élan ne soit brisé par un incendie au Moyen-Age.

 

POINT DE VUE SUR BEZIERS

Le feu fut si impressionnant et les destructions si grandes que la ville garda jusqu’en 1631 le nom expressif de Villeneuve-la-Crémade !

Puis, sous son nouveau nom, la ville a retrouvé sa splendeur. Pour vous en convaincre, faites le parcours en deux étapes que propose l’Office de tourisme avant de reprendre le fil de la croisière.

Le temps de passer sous l’autoroute A9 pour se convaincre – s’il était nécessaire – qu’on a fait le bon choix de locomotion, et on arrive à la seconde curiosité technique du parcours : le pont-canal qui franchit l’Orb douze mètres plus haut. Superbe, ces plans d’eau qui se chevauchent

Mais, hélas, impossible aux pénichettes de passer directement du canal au fleuve. Le dragage du bras de l’Orb qui faisait autrefois la jonction est en projet. On peut espérer un jour rejoindre le canal depuis Valras.

Si l’on sait que Béziers vient du celte Baeterrae qui désigne un passage à gué, on comprend la dimension fluviale de la ville, bien avant que Pierre-Paul Riquet ne vienne tracer cette folle ligne d’eau pour relier les deux mers.

L’arrivée à Béziers par la voie fluviale donne l’impression de découvrir une ville inconnue tant le point de vue canal change la perspective. Après tant d’horizontalité, le site presque trois fois millénaire prend une majesté toute particulière quand les lumières chaudes de l’automne, coupantes de l’hiver ou floutées du printemps jouent avec les vieilles pierres sur la hauteur.

 

LE PORT NEUF A RENOVER

Les responsables du tourisme le reconnaissent, le port fluvial de Béziers n’est pas à la hauteur des splendeurs de la ville. L’étape de Béziers a mauvaise réputation chez les bateliers. Mais la communauté Béziers-Méditerranée a décidé de changer les choses. Dès la saison prochaine, les premiers effets des investissements consentis à sa rénovation vont se faire sentir.

Mais, dès maintenant, ne faites pas comme ces milliers de navigateurs qui passent sans s’arrêter. Le port est presque en cœur de ville. Pour une heure ou un jour, Béziers mérite très largement le léger inconfort portuaire. La cathédrale Saint Nazaire, l’église de la Madeleine, le théâtre à l’italienne, les arènes romaines et quantité de musées jalonneront des balades au hasard des villes qui rappellent autant l’époque antique que le Moyen-Age, la Renaissance, les Lumières, l’essor du XIXe siècle…

 

LE PLUS GRAND VIGNOBLE

Béziers  fut le plus grand vignoble de France

Et souvenons-nous aussi que la vigne a fait entrer Béziers deux fois dans l’histoire. Une première fois pour son formidable essor qui a fait la fortune des châteaux.

Ce fut là le plus grand vignoble de France. Mais c’est aussi de Béziers que partit la grande révolte des vignerons avec un premier rassemblement de 120.000 personnes le 12 mai 1907. Au hasard des librairies, cherchez les Oeuvres de Gaston Baissette ou de Marcellin Albert, deux écrivain très engagés.

 

ECLUSES DE FONSERANES

Après la crise de la surproduction, le vignoble biterrois  s’est réformé et une visite des chais s’impose si votre rayon d’action de marinier devenu piéton vous le permet. En tout cas, une pénichette est le bon moyen pour transporter quelques bonnes bouteilles…

Et, en quittant Béziers, ne manquez pas de  franchir les écluses de Fonséranes qui sont sans doute, parmi bien d’autres merveilles techniques et esthétiques du canal du Midi, l’un des points les plus spectaculaires. Constitué à l’origine de dix écluses en enfilade, il n’en resta «que» sept en service. Les écluses sont une attraction qui attire des dizaines de milliers de visiteurs. Alors, les franchir en bateau est un must un Everest de la batellerie !

 

.