Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

 

Destination Malte

Carnets de la mer violette

Une semaine de cabotage autour de Gozo, Commino et Malte, par Emma Chazelles et Christophe Naigeon

Presque 300 milles parcourus cap au 135 depuis que nous avons quitté la Sardaigne il y a deux jours à l’aube, poussés sous spi par un joli Nord-Ouest régulier. Terre, terre ! Si on peut appeler ainsi une telle falaise. Le cap San Dimitri (36°4’26.46N-14°11’5.91E) se dresse comme une étrave de cent mètres, jaune de soleil à l’Est, gris à l’Ouest. Et la mer déjà violette comme le disait Homère 850 ans avant notre ère. Pourquoi ? Mystère.Malte : Et la mer déjà violette comme le disait Homère 850 ans avant notre ère. Pourquoi ? Mystère
Les fonds ont remonté. Coup d’œil à la carte. Les grandes fosses méditerranéennes sont loin. Malte fut en un temps glacial où la mer était plus basse un pont entre l’Afrique et l’Italie. Des éléphants s’y sont fait piéger à marée montante. Par manque de ressources, ils ont rapetissé pour survivre et les fossiles ne montrent que des pachydermes nains.
Mais ces blocs de calcaire de plus de 20 millions d’années sont sans danger par beau temps.

Premier jour Matin

GOZO, ILE DE JOIE

L’île s’appelle Gozo. Ce qui veut dire La Joie dans cette langue apportée par les phéniciens, métissée d’arabe et d’italien, truffée de mots anglais plus une pincée de français en souvenir
Nous passons du côté sombre de La Joie que nous contournons par l’Ouest où les mille-feuilles s’élèvent encore. A  36°3’17.92N-14°11’26.21E, on voit, au pied de la falaise un trou de lumière par où la mer communique avec l’Inland Sea, un lac intérieur.
Plus loin, un autre trou, la Fenêtre d’Azur Zerka et son Crocodile Rock, au ras de l’eau porte les traces de l’époque des torrentielles pluies acides qui alimentaient il y a un million d’années d’énormes torrents creusant dans le calcaire du monde entier des trous, des failles, des sillons, les fjords, les abers, les calanques, des marmites de sorcières. Ici cela donne le Blue Hole, baignoire de 26 m, paradis des plongeurs, ou des baies, comme la Dwejra Bay, trois quarts de cercle presque fermés par un caillou, le Fungus Rock (36°2’48.08N-14°11’18.55E). Ce nom vient du champignon qui y poussait, le Fungus coccineus melitensis, anti diarrhéique, anti hémorragique et aphrodisiaque réservé aux rois et aux chevaliers de Malte. Quiconque y abordait était immédiatement occis.
Stop, stop, on se baigne là ! Après 50 h enfermés, on cède d’autant plus facilement qu’on avait prévu ici le premier mouillage maltais.

Premier jour Après-midi

ESCALE A MGARR

Après bain et déjeuner, nous longeons à nouveau les falaises cap au sud. Wardidja Point (36°2’11.90N-14°11’10.79E) est un point culminant à 165 m, presque dix fois notre mât ! On incurve cap au 100  vers le premier mouillage habité, Xlendi Bay (36°1’44.96N-14°12’52.78E), avec quelques immeubles modernes et un village de pêcheurs célèbre pour ses dentellières et ses fileuses.
A l’entrée, sur bâbord, un couloir creusé dans la roche permettait aux bonnes sœurs de se baigner hors de la vue du profane.Malte : A l'entrée, sur bâbord, un couloir creusé dans la roche permettait aux bonnes sœurs de se baigner hors de la vue du profane. A tribord, Ras-il Bajjade, une dalle en pente douce qu’il faut arrondir large, porte l’une des vingt-huit tours de guet de l’île, chacune en vue de l’autre.
Les falaises s’abaissent légèrement et quelques mouillages couleur caraïbe s’offrent parfois. Mais on lève la tête vers ces murs d’autant plus impressionnants qu’on voit ici et là à la couleur fraîche de la roche que des blocs entiers s’en sont détachés il n’y a pas si longtemps
Et soudain, ce qu’on ressentait sans le formuler saute aux yeux : pas d’oiseaux de mer ! Pas un goéland, pas une sterne. Juste le bruissement des pinsons qui nichent en nombre dans les touffes accrochées à la paroi. Second mystère. Que le lobby des 20.000 chasseurs maltais ait obtenu de Bruxelles une dérogation pour tirer sur les migrateurs n’est pas une explication à l’absence quasi totale d’oiseaux blancs.
On cherche aussi le faucon pèlerin, le célèbre faucon maltais que Charles Quint se fit offrir chaque année en échange du don de Malte aux Chevaliers.
Moins de 4 milles plus loin, une autre tour et une autre calanque, très étroite et profonde, abritée de tout sauf du Sud : Mgarr-Ix-Xini (36°1’0.67N-14°16’24.13E). On y reviendra s’il n’y a pas de place à Mgarr (36°1’30.46N-14°18’7.85E), le seul vrai port de Gozo, à moins de trois milles de là où nous arrivons en même temps qu’un ferry (un chaque heure) en provenance de l’île de Malte.Malte : ce port public plein de Luzzi, ces barques de pêche si bien peintes que nos pointus de Provence paraissent ternes
Sur la hauteur, Fort Chambray (un amiral français qui livra sa première bataille navale à 13 ans et captura son premier navire turc à 17) qui surveille le chenal entre les îles. Le seul fort de Gozo.
Ce port public plein de Luzzi, ces barques de pêche si bien peintes que nos pointus de Provence paraissent ternes, a actuellement 186 places (maxi 14 m et 4 m de TE) et ne coûte que 20 Euros la nuit. Un projet de privatisation va changer les choses, dit-on.
Les amarres passées, avant d’aller visiter les deux églises et le fort, nous nous précipitons sur le premier café sympa du port, le Gleneagles Bar, à la fois musée de la marine et d’histoire du port, avec une superbe terrasse qui surplombe le bassin et un patron à connaître absolument.
On y reste là jusqu’au soir à regarder la vie en technicolor. Restons avec ces gens adorables et heureux de rencontrer des étrangers que sont les Maltais, les Gozitains en particulier.

Les églises, on verra demain.

Second jour

SAFAR CHEZ CALYPSO

Nous embarquons sur l’une des mini-jeeps qui conduisent les touristes à l’intérieur des terres et qu’on trouve au débarcadère.
Victoria, la capitale, est à l’intérieur à cause des pirates. En 1551, le corsaire ottoman Dragut alias Torgud emporta en esclavage la totalité des sept mille Gozitains dont certains ne retrouvèrent la mère-patrie qu’un siècle plus tard ! Vue imprenable sur Gozo et ses jardins qui font sa réputation de grenier et potager de Malte.
Notre Suzuki tape-cul, telle une machine à remonter le temps, nous conduit ensuite en 3.600 avant J.-C. au temple de Ggantija à la périphérie du bourg de Xaghra. Les bâtisseurs ont élevé ici les plus anciennes constructions mégalithiques du monde, lieux de culte, sans doute dédiés à leur déesse de la fertilité. On en trouve dix-sept sites dont un spectaculaire à Hagar Qim.  Le temple Ggantija, ou Tours des géants, le mieux conservé et le plus grand plus que Stonehenge est inscrit  au patrimoine mondial.
Puis retour vers l’Antiquité grecque : la grotte de Calypso où Ulysse fut retenu sept ans. Beau site où pousse l’Oreille de la Mer, plante endémique qui fut avant l’Euro représenté sur les 25 cents maltais. Mais la grotte est si petite qu’on doit penser que Calypso était une sacrée ensorceleuse pour que le valeureux marin y reste tant d’années sans jamais y tenir debout !
Retour à Mgarr via l’église de Ta’Pinu où de surprenants ex-votos (prothèses, layette, casques de moto) justifient le détour.
Le soir nous rentrons brisés à Mgarr. La mer nous manquait déjà. Dernier spectacle : à l’entrée du port, un hydravion se pose comme un canard sauvage et s’amarre à un ponton. C’est la ligne Sea Plane qui vous mène à La Valette en 10 mn pour 70 Euros.

Troisième jour

MOUILLAGE A MARSALFORN

En sortant de Mgarr, nous prenons vers l’Est dans le North Comino Channel. On s’arrête pour un bain paradisiaque au Blue Lagoon (1,5 m de fond) entre les îlots de Comino et Cominotto (Kemmuna et Kemmunett) mouillage de rêve avant que la foule n’arriveMalte : un bain paradisiaque au Blue Lagoon (1,5 m de fond) entre les îlots de Comino et Cominotto (Kemmuna et Kemmunett) mouillage de rêve avant que la foule n'arrive A l’extrémité, une grotte marine de 40m, la Blue Grotto. Comino, c’est l’île du Cumin, l’épice qui pousse là. Autrefois deux cents insulaires y cultivaient coton et cumin, les chevaliers y chassaient lièvres et sangliers. Gérard Depardieu y a tourné Le Comte de Monte Christo, la tour Sainte-Marie dans le rôle du Château d’If.
Quand la foule arrive, nous appareillons et doublons Quala Point (36°1’56.53N-14°20’12.83E) pour piquer Nord-Ouest en longeant une côte plus douce, aux calcaires plus tendres, ceux dont toutes les maisons d’ici sont faites. Encore des criques pour des mouillages sauvages en cas de Nord-Ouest : Dahlet Qorrot (36°3’1.48N-14°18’55.55E), San Blas Bay (36°3’29.51N-14°18’4.18E), puis Ramla Bay (36°3’44.19N-14°16’58.46E), la plage de Calypso où nous ne nous arrêtons pas même sept secondes, préférant Marsalforn (36°4’18.25N-14°15’35.60E).
Bien encastrée entre les collines de Xaghra et Zebbug, Marsalforn (marsa le port ou la baie) est une petite station balnéaire, résidence d’été des maltais et dont la baie charmante cache les barques colorées derrière la jetée où nous ne pouvons accéder qu’avec notre annexe. Attention, les vents du Nord et d’Est y lèvent de la houle. Cafés, tavernes et restaurants bordent la plage. Avant d’y aller, visite au centre de plongée pour réserver la journée de demain.

Quatrième jour

PLONGEE PRES DES SALINES

Une matinée sous la mer ! Notre guide de plongée du Calypso Diving Centre, Pixie, alias Martine qui parle avec l’accent suisse quand elle n’a pas un détendeur dans le bec, nous fait découvrir les lieux. Dans la petite baie des salines de Ghajn Barrani fermée par un monticule familièrement connu ici comme la pièce montée, Il Qolla I Bajda. L’absence de pollution laisse rencontrer des espèces rares disparues du reste de la Méditerranée : mérous, brochetons, rougets grondins bogues, pieuvres, Saint-Pierre, murènes, poissons libellule, calamars…
La visibilité est bonne jusqu’à 30m. Il y a toutes sortes de sites de plongée partout où l’on peut accéder dans l’île. Sans parler des très nombreuses épaves, spécialité locale ! Mais avec masque, palmes et tuba, on se régale aussi.
A la sortie, déjeuner sur le port au bord du quai chez Pierre’s (son lapin !) et partons marcher le long de la côte au Nord où les Gozitains ont aménagé des salines dans la roche où la mer avait déjà creusé des cuvettes. Ils les alimentent en puisant dans la mer, quelques mètres plus bas. Le calcaire tendre a permis de sculpter la roche de canaux , d’y faire aussi des cabanes troglodytes. Quand l’eau s’est évaporée, on passe le balai, c’est tout. En fin de journée, avant de regagner le bord, arrêt à l’épicerie pour acheter cet excellent vin blanc de Gozo.