Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Energie : gérer la réserve

Qui subirait sans sueur froide le refus du moteur de se mettre en route ? Pour que cela n'arrive pas, le bon capitaine dédiera un peu de sa paranoïa sécuritaire à surveiller de près ses batteries. Quelques conseils.

 

Une batterie est, par construction, conçue pour être chargée-déchargée entre 100 et 1.000 fois, selon sa technologie. Ce qu'on appelle un cycle charge-décharge correspond à une décharge de 80% de la capacité de la batterie ou bien à deux décharges de 50% ou à quatre décharges de 25%, avec, à chaque fois, une recharge à 100%.Consomation d'énargie ?

Donc, une batterie qui n'est jamais déchargée à plus de 25% de sa capacité aura une durée de vie quatre fois plus grande qu'une autre toujours déchargée à 80%. Investir dans un indicateur de charge est non seulement une sécurité (jamais de batterie à plat) mais aussi une économie (on recharge dès qu'on est en dessous de 25%).

Mais, dans tous les cas, il faut recharger totalement. Un cycle de recharge de huit heures est souhaitable et facile à mettre en œuvre : vous arrivez à l'escale en fin de journée, vous branchez le chargeur sur la borne du quai, vous débranchez le lendemain matin en partant.

Si vous alternez mouillages forains et nuits à quai, sachez que les éclairages intérieurs classiques (ampoules à filament) sont énergivores. Remplacez-les par des ampoules LED partout où vous pouvez, notamment sur les feux de position.

Evitez de la même manière de faire fonctionner votre frigo trop longtemps sur le 12 volts. Profitez que vous êtes à quai pour congeler des packs de liquide réfrigérant ou achetez des pains de glace.

 

PRIORITE AU MOTEUR

Recharger les batteriesDe toute manière, veillez à ce que votre batterie de démarrage moteur ne soit pas affectée par votre consommation de service (confort à bord et instruments de navigation et de communication). La priorité absolue va au démarrage du moteur. Le second niveau va à la VHF et au GPS, qui peuvent par ailleurs fonctionner sur piles ou dès que l'alternateur du moteur aura remis du jus dans les batteries à plat.

Pour calculer sa consommation d'énergie et avoir le parc de batteries adapté à ses besoins, c'est relativement facile : pour chaque appareil, vous prenez sa notice (ou vous lisez sur les ampoules) et vous regardez sa consommation en ampères (A). Un pilote automatique qui consomme 5 A consommera 50 ampères s'il fonctionne 10 heures par jour. Egalement 50 ampères pour un frigo qui pompe 3,5 A pendant 60% du temps. Ajoutez les consommations de tous vos appareils, multipliez par deux (pour ne pas décharger en dessous de 50%). En moyenne, un bateau consomme 200 A / jour. Il faut donc un parc de 400 A.

Sachez pour finir que les batteries à spirale peuvent être déchargée occasionnellement en totalité sans en souffrir alors que les batteries traditionnelle perdront irrémédiablement une partie de leur capacité après avoir été mises à plat.

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée