Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages

 

Golfe du Lion : vous avez-dit monotone ?

Beaucoup croient que le golfe du Lion n’est qu’une plage de sable sous-marine, sans aucune variété et sans grand intérêt.

Erreur ! Pour les caboteurs curieux et respectueux, une croisière côtière de Camargue aux Pyrénées est l’occasion de le traverser des milieux très divers. Sans parler des zones lagunaires, très particulières, les eaux maritimes du Languedoc-Roussillon recèlent quatre types d’habitat: la pleine eau, les fonds meubles, les roches sous-marines, les herbiers de posidonie.

 

Des Pyrénées au Rhône il est un point commun : un plateau continental. Le Golfe du Lion, contrairement à la côte de Provence où les fonds tombent très vite dans les grandes profondeurs, dispose d’une zone immense de faible profondeur : entre le bord de plage et la zone des 200 m de fond, le plateau s’étend sur quelques 14.000 km2.

SAVOIR PARTAGER L’EAU
Une autre caractéristique est que le golfe du Lion est alimenté par de puissants cours d’eau. Les deux Rhône petit et grand jouent , évidemment, le premier rôle, mais l’Hérault, l’Orb, l’Aude et bien d’autres fleuves côtiers apportent aussi leur lot de sédiments et d’éléments nutritifs.
Inconvénient pour les touristes et les plongeurs en particulier, les eaux y sont donc plus troubles qu’à l’est du cap Couronne. La lumière, nécessaire au développement des êtres vivants, est donc entravée par tous ces éléments en suspension. Mais, la perte de luminosité en profondeur est compensée par la faible épaisseur de la lame d’eau : la surface de fonds éclairés y est beaucoup plus importante que, par exemple, dans les Calanques où les fonds atteignent 40 m sous la roche de côte et plus de cent mètres à quelques milles.Cabotages.Coastwise - Poisson Scorpion dans les coraux du Golfe de ion en Méditerranée
Cela a, évidemment, des conséquences sur les activités de pêche. On ne pêche pas en Languedoc-Roussillon comme en Provence – Côte d’Azur. Mais, ici comme là-bas, le partage de la surface de la mer est le même pour les pêcheurs.
La zone des trois milles nautiques (correspondant historiquement à la portée d’un canon) accueille la plupart de richesses marines. Il est défendu d’y utiliser des filets traînants qui abîment les fonds et font des dégâts indifférenciés parmi les nombreuses espèces. Une gestion concertée est nécessaire.
Les eaux territoriales s’étendent jusqu’à douze milles. On peut y pêcher avec des filets traînants remorqués. C’est la zone où évoluent les chalutiers.
Certaines zones sont totalement interdites à toute forme de pêche. Elles sont encore peu nombreuses dans le golfe du Lion mais la réserve naturelle de Cerbère Banyuls, avec ses 650 ha dont 65 ha sont totalement mis en défens, en est un exemple. Toute la zone périphérique en profite et les plaisanciers respectueux y sont les bienvenus.
En toute zone, certaines espèces sont protégées : c’est le cas du mérou brun (moratoire total depuis 1993 pour la pêche à la ligne et la chasse sous-marine), la grande nacre, la patelle géante, la grande cigale de mer, la datte de mer, la tortue caouanne, les cétacés et l’oursin diadème.

LES FONDS MEUBLES

Ce qu’on appelle les fonds meubles sont sans aucun doute les milieux qui demandent le plus d’attention et de persévérance pour en pénétrer les mystères et les beautés. Avec un masque et un tuba, on se croirait en avion au-dessus du désert du Ténéré : ce n’est qu’un alignement de « dunes » formées par le mouvement de la mer, ça à l’air totalement vide et monotone, privé de toute vie. Tant mieux, c’est fait exprès.
Ces fonds, composés de sables, de vases et de débris de coquillages et qui couvrent la majeure partie du golfe du Lion, sont l’habitat des animaux les plus secrets, les plus discrets, les plus farouches.
Dans cet univers meuble, il n’y a ni anfractuosité pour se cacher, ni rocher pour se fixer. Les coquillages (tellines, coques, praires et autres bivalves) n’ont qu’une solution : s’enfouir dans le sable et utiliser une sorte de tuyau pour respirer et se nourrir. C’est, en regardant de très près, ce qui trahit leur présence.Cabotages.Méditerranée - Raie torpille dans les fonds sableux du golfe de Lion en Méditerranée
Dans les rochers, les animaux ressemblent à des pierres. Dans le sable, comme les militaires des bataillons méharistes, ils prennent la couleur sable. Et aussi la forme du fond. Les soles et tous les poissons dits plats, s’enfouissent à moitié, sur le flanc, et, avec leurs deux yeux du même côté, ils surveillent les alentours.
D’autres animaux (végétaux ?) y construisent de drôles d’habitations. C’est le cas du Cérianthe, sorte d’anémone aux tentacules blanches, qui construit un tube de plusieurs dizaines de centimètres, avec un mortier de sable et de vase. Au sommet, elle déploie ses bras blancs et s’y cache à la moindre alerte.
N’oublions pas le « concombre de mer », animal du groupe des oursins et des étoiles de mer qui se nourrit des particules organiques contenues dans le sable.
Bien entendu, tout ce petit monde est démuni face aux filets qui raclent les fonds. C’est pourquoi ils sont interdits dans la zone des trois milles nautiques.

Christophe Naigeon

 

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée