Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

La Baie de Cassis : Une escale pour les yeux et les papilles

Cassis : une escale de rêve

La baie de Cassis est riche en histoire autant qu'en paysages et en vins exceptionnels. Prenez le temps d'approfondir les uns, de déguster les autres.


Vous entrez en bateau dans la baie de CassisLa baie de Cassis joyeux des Bouches du Rhône, à faire en bateaux au mouillage ou à pied si vous avez trouvé une place en port. Idéal pour flâner ou bien encore en vélo. Imaginez-la il y a cent millions d'années : à la place de la mer, il y avait une chaîne de montagnes le massif pyrénéo-provençal , à la place de la terre, il y avait la Mer Alpine qui noyait Avignon, le Luberon, Gap

Les fleuves s'écoulaient du sud vers le nord. L'énorme delta qui existait en face de Cassis et de la Ciotat y déversait ses alluvions, sables et galets. Les "poudingues", amas de galets agglomérés comme les raisins d'un pudding par des débris de grès fins, composent en grande partie le Cap Canaille et le Bec de l'Aigle.

Puis tout a basculé il y a 65 millions d'années. Ce qui dominait s'est effondré, les Maures et l'Esterel on émergé pendant que l'ancienne chaîne s'affaissait. La Corse et la Sardaigne s'écartaient de la Provence en laissant un grand vide. Alors, l'eau de mer a rempli les bassins qui s'ouvraient, mettant la Méditerranée au sud du continent.

Les ancêtres du Var et de la Durance se sont mis à couler dans le "bon" sens, vous permettant aujourd'hui de naviguer ici.

CASSIS : LIGURES, GRECS ET ARTISTES

Regardez cette falaise perchée en retrait du cap Canaille, c'est la Couronne de Charlemagne autrement appelée Baou Redon. Là étaient installés les Ligures, six siècles avant notre ère, un peu avant que les marins Grecs sont venus installer des comptoirs sont au long de la côte, principalement à Marseille. On trouve à côté du Baou Redon les traces d'un oppidum construit par cette branche des Celtes. Ces hauteurs verront, tout au long de l'histoire, les différents habitants se réfugier dans les temps troublés où le danger venait de la mer.

Ce que vous voyez plus bas, au-dessus et à droite du port,Le port de Cassis avec ses maisons de toutes les couleurs et ses pontons en font tout son charme vient aussi de la nécessité de se protéger en profitant de la géologie. Le château de Cassis, construit au XIIIe siècle  alors que la ville était possession des Baux de Provence. Ce "castrum" sera amélioré au cours de siècles sous le règne des Comtes de Provence puis des Evêques  de Marseille.

Il faudra attendre le Siècle des Lumières (XVIIIe) pour que la ville ose sortir de ses murs. Commencera une période dynamique pour Cassis : le port se développe, on y crée une sécherie de morue, on exploite la "pierre de Cassis" qui servit autant à construire les quais du port d'Alexandrie que le socle de la statue de la Liberté à New York, on y plante la vigne qui conduira Cassis à faire partie en 1936 des trois premiers terroirs à obtenir une appellation contrôlée.

CHURCHILL ET VIRGINIA WOLF

Maintenant vous entrez dans l'avant-port. A bâbord,Cassis, son port, ses calanques attirent beaucoup d'amoureux de la nature et de la mer, plaisanciers et touristes pour escale au-dessus de la falaise que vous longez, face au phare vert vous pouvez distinguer la tour de l'ancien phare et, juste derrière une grande maison aux volets verts. C'est l'ancien hôtel Panorama, haut lieu du tourisme lorsque Cassis démarra comme station balnéaire. En 1920, Winston Churchill y fit escale et sa famille y habita. C'est aujourd'hui le siège d'une fondation culturelle, The Camargo Foundation.

En ville se trouvait aussi l'Hôtel Cendrillon où l'écrivain Virginia Woolf, auteur de Promenade au Phare et de Les Vagues séjourna et écrivit dans son Journal :
« Il y avait les rochers. Nous allions nous y asseoir en plein soleil après le petit-déjeuner. L., tête nue, écrivait sur ses genoux. Un jour, il trouva un oursin (ils sont rouges avec des piquants qui frémissent légèrement). Et puis l'après-midi nous partions en promenade, grimpions tout droit la pente pour aller dans les bois, où une fois nous avons entendu des automobiles et découvert la route de La Ciotat, juste au-dessus de nous. Elle était pierreuse, très raide et brûlante ».

Cassis attire de nombreux écrivains dès la fin du XIXe siècle, Alphonse Daudet, André Gide, Paul Valéry, l'Américain Henry Miller, l'Anglaise Virginia Woolf Parmi eux, Frédéric Mistral  (1830-1914) se distingue.

Frédéric Legré fait connaître Cassis à l'écrivain provençal en 1861. Il lui propose une promenade, le sentier des bergers jusqu'au mont Gibal. Le paysage sublime que Mistral découvre lui inspire son livre « Calendal ». Ses  douze chants relatent les aventures du pêcheur d'anchois cassidain Calendal. Ce dernier tombe amoureux de la belle Estérelle, mi-princesse mi-fée, descendante  de l'illustre famille des seigneurs des Baux.

Calendal triomphe des épreuves cruelles et conquiert sa dulcinée. Une statue du héros trône sur une place de Cassis. Les artistes peintres immortalisent à travers leurs œuvres la baie de Cassis et ses collines baignées de lumière. Dès le XIXe siècle, on compte l'école provençale. Puis des grands noms comme Derain, Signac, Dufy ou Picabia travaillent à Cassis.

Autre exemple : Rudolf Kundera, peintre d'origine tchèque, s'installe à Cassis en 1939 et y meurt en 2005. Mais il est un autre art à Cassis

La calanque de PORT MIOU

Proche de la ville et facilement accessible, la calanque de Port Miou La calanque de Port Miou encore plus belles que ses sœurs fait le charme de ce petit oprt de plaisance qu'est Cassis la seule dépendante de Cassis est victime de son succès. Une grande partie des 800.000 visiteurs annuels de l'ensemble des calanques y passe. Et les 480 places (dont 30 sur corps morts) sont prises d'assaut.

Pour protéger le site, le Conservatoire du Littoral s'est rendu propriétaire de 132 ha. L'ensemble des terrains bordant la calanque et le plan d 'eau lui même sont inclus dans le site classé des calanques depuis le 1er août 1975.

Le port est équipé de mouillages écologiques. Vous crochetez la bouée et un zodiac vient vous aider à vous amarrer à cul aux anneaux fixés dans la roche. Le port est aujourd'hui indépendant du port de Cassis.

CAP CANAILLE

Il n'a rien d'une "racaille" le cap canaille, bien que ces mots puissent être synonymes. Son étymologie proviendrait du latin "Canalis mons" (montagne des aqueducs, cap canal), ou du provençal "Cap naïo" (montagne sur la mer comme une naïade).

De Cassis, des sentiers existent (12 km) pour grimper au sommer de cette falaise de 399 m, la plus haute falaise maritime d'Europe. Mais si on ne s'intéresse pas aux records, la vue y est somptueuse des deux côtés, vers la baie de Cassis comme sur celle de La Ciotat et bien plus loin encore.


Christophe Naigeon

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée