Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

 

L'archipel du Riou

Le sanctuaire blanc de Riou

L’archipel de Riou, situé au Sud de la rade de Marseille, au large du massif des Calanques, se compose de quatre grandes îles principales et de nombreux îlots. Depuis juillet 1992, il est propriété du Conservatoire du littoral qui en a confié la gestion à l’association Conservatoire-Etudes des Ecosystèmes de Provence.

 

Situé sur le territoire communal de la ville de Marseille, l’archipel du Riou, fait partie du Site Classé des Calanques. Ces îles, trop souvent décrites comme “d’énormes pierres blanches grillées par le soleil et creusées par l’air marin “, constituent pourtant un véritable sanctuaire pour de nombreuses espèces tant animales que végétales.L'archipel du riou, en Méditerranée - Cabotages
Dès le XIVe siècle, une vigie (partiellement détruite aujourd’hui) est installée au sommet de Riou. Pendant près de quatre siècles, les gardiens qui y étaient affectés ont eu pour mission d’alerter les postes de guet du sommet de Marseilleveyre et du mont de la Garde de l’approche de flottes ennemies.C’est également à cette époque que les chevriers débarquent avec leurs troupeaux sur les îles dont les herbages étaient affermés aux enchères par la ville de Marseille. Cette pression de pâturage influencera fortement pendant plusieurs siècles l’évolution des associations végétales de l’archipel. En 1794, l’archipel devient propriété de l’Etat. Des restes de fours à chaux révèlent qu’à cette époque la maigre garrigue des îles fut utilisée comme combustible.


DU SABLE SUR UN TOBOGGAN

Durant la moitié du XIXe siècle, le sable fut exploité sur Riou. Un toboggan construit en pierres sèches permettait de déverser le sable directement dans les tartanes qui l’acheminaient vers la ville où il était utilisé pour la pavage des rues. Cette longue histoire des activités humaines, associées aux paramètres géologiques, climatiques, et à l’environnement marin a abouti à l’aspect actuel de l’archipel de Riou et à la grande palette d’associations végétales que l’on trouve aujourd’hui.
Son microclimat très particulier (sécheresse, vents très violents et fréquents, embruns) et l’extrême pauvreté de son sol ont favorisé le développement d’une végétation d’une grande originalité. Les îles sont essentiellement constituées de calcaire datant de l’ère tertiaire et sont isolées du continent depuis plus de 8.000 ans. L’action des éléments y a sculpté des paysages minéraux et grandioses. Les versants Nord montrent des pentes couvertes d’une garrigue éparse qui alterne avec les éboulis, la roche nue et une végétation littorale beaucoup plus rase constituée de plantes halophiles.

Végétaux blancs - Espèce rarissime qui poussent uniquement dans certaines zones de la MéditerranéeDES ESPECES RARISSIMES
Les versants Sud donnent le spectacle d’un monde complètement minéral découpé par de vertigineuses falaises qui plongent brutalement dans la mer. A ce jour, plus de 320 espèces végétales ont été recensées dont 18 sont protégées par la loi. La plupart sont des espèces endémiques du bassin méditerranéen occidental, rares ou rarissimes pour la flore de France mais bien représentées ou abondantes sur les îles.
Ces plantes caractéristiques des milieux littoraux calcaires ou sableux de méditerranée trouvent sur les îles des zones refuges où leurs populations ont pu se maintenir et se développer, à l’abri du piétinement lié à la forte pression touristique qu’elles subissent sur la côte provençale.

 

AUCUN DEBARQUEMENT AUTORISE
Ancien site militaire, l’archipel de Riou est toujours resté à l’écart des perturbations humaines. Riche en abris, il constitue un refuge idéal pour la nidification des oiseaux de haute mer. Les îles abritent en effet près de 30 % de la population française de Puffin cendré et plus de 14 % de la population française de Puffin de Méditerranée. C’est également l’unique site de France continentale où se reproduit l’Océanite tempête. Ces oiseaux pélagiques de la famille des albatros passent la majeure partie de leur vie en mer et ne reviennent à terre que pour assumer les impératifs de la reproduction. L’archipel abrite aussi depuis peu la nidification du Cormoran huppé de Méditerranée.L'archipel du Riou dans la brume du temps marin
A cette avifaune marine s’ajoutent des espèces caractéristiques des milieux rocheux et des falaises comme le faucon pèlerin, le merle bleu et le martinet pâle.
Le reptile le plus caractéristique des îles est le Phyllodactyle d’Europe, petit gecko endémique de cette partie de la Méditerranée. Cet écosystème insulaire est cependant perturbé par l’augmentation des populations de goélands et d’espèces introduites par l’homme (rats, lapins).
L’archipel, classé Réserve nationale, est soumis à une réglementation spéciale. Afin de préserver l’intérêt biologique du site, le débarquement n’est autorisé que sur les côtes nord de Jarre, Riou et Plane. La circulation est limitée à deux sentiers balisés sur Riou.

Conservatoire du Littoral

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée