Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Le Château "Blanc" doux amer de Sausset les Pins

Le "Château Blanc" point de repère des navigateurs de Sausset

Il est de belles endormies réveillées par un prince. Sausset l'a été par Jules Charles-Roux, fils d'un industriel un peu mégalo qui a construit le "château", point de repère des navigateurs.

 

En venant du large, ce qui vois permettre de savoir que vous naviguez bien en direction de Sausset-les-Pins est une vaste demeure qui surplombe le port : le "château", grande bâtisse claire au toit rouge flanquée d'une tourelle à chapeau pointu au milieu d'une tache verte. Sue la droite, un ensemble de petits immeubles collectifs également bien en vue

Avec ses deux digues récemment renforcées, le port est bien abrité des vents d'Ouest/Nord-Ouest, moins bien des coups d'Est/Nord-Est mais dispose d'un petit avant-port qui autorise des entrées un peu mouvementées.

Sausset-les-Pins constitue non seulement un refuge sûr, mais surtout une étape accueillante, pleine de charme, avec un port en cœur de ville (mais des places d'accueil au calme !), des marchés, des étals de poissons pêchés du jour, des cafés et des restaurants qui le cernent.

LE CHATEAU, DOUX AMER

On ne peut pas rater le châteauLe château blanc est un amer à Sausset les Pins, que  vous nen pouvez manquer en venant faire escale dans ce port de Méditerranée. D'ailleurs, il a été fait pour. En 1854, Jean-Baptiste Charles Roux, propriétaire d'une huilerie-savonnerie à Marseille, arrive à Sausset-les-Pins et fait construire l'année suivante une sorte de château, dans une pinède de 300 ha, face à la mer. Il la veut imposante et dominante comme une forteresse au-dessus des cabanes de, visible plus que voyante. Ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

Car ce qui est depuis un amer pour tous les navigateurs, est voulu par ce capitaine d'industrie comme un point de repère très personnel : il tient à voir son château depuis son bureau de Marseille où, pour affaires, il doit s'exiler loin de son sweet home !

Sa famille fait également bâtir la "ferme neuve", bâtiment agricole dont l'activité génère la création de nombreux emplois sur la commune. Elle abrite aujourd'hui les services municipaux et des salles de réunions.

Si Jean-Baptiste reste dans les mémoires des Saussétois par son ostensible fortune, c'est dans leurs cœurs que reste son fils Jules. Engagé dans de nombreuses activités économiques, politiques et artistiques, il fera du château un musée et un centre culturel. offrira à la municipalité divers terrains, y compris un champ d'olivier qui bordait la petite anse naturelle de Sausset les Pins, emplacement du port actuelLe port de plaisance de Sausset les Pins accueille un bon nobre de navigants caboteurs ou marins longue durée ainsi qu'en été de nombreux touristes.

Après la disparition de Jules, la famille vendra le château en 1931 sous forme de copropriétés. Une partie des 300 ha de pinède sera morcelée en 1978 et à trois nouveaux lotissements y seront bâtis.

AVANT LE TRAIN ET LA ROUTE

L'époque de la construction du château sous Napoléon III Sausset-les-Pins était un "quartier" de Carry-le-Rouet. Si ce n'est le chemin des douaniers qui relie encore aujourd'hui Martigues à Marseille, le hameau n'avait aucun autre accès que maritime. Et, à part quelques fermes éparses où l'on vivait de la vigne, de l'olivier et de l'élevage de chèvres, l'essentiel des quelques maisons étaient situées autour de la petite rade, là où se concentre maintenant l'activité touristique. Il faudra attendre les années 1860 pour que les premières villas apparaissent et que l'église Saint Pierre, patron des pêcheurs, soit construite.

La fresque peinte sur le mur qui ceint le port montre bien que la pêche, notamment au thon, y était l'activité essentielle. L'événement annuel était la seinche au thon (équivalent à la matanza catalane et espagnole) qui rassemblait tous les hommes du village, sur les bateaux groupés en cercle, pêche collective qui se finissait par l'étalage des captures sur le quai.

En 1868, le port L'entrée du port de plaisance deu petit port de plaisance de Sausset les Pins à la limite des Bouches du Rhône et du Var en Méditerranées'agrandit, une jetée et une anse supplémentaires sont construites. Ces grands travaux, financés en partie par Jules Charles-Roux, permettront le développement de la pêche. Comme d'autres localités, c'est l'ouverture, en 1915, de la ligne de chemin de fer Port de Bouc l'Estaque, qui permettra de désenclaver Sausset et lui permettra de devenir une petite station balnéaire familiale. La commune devient indépendante de Carry en 1924.

Affirmant sa vocation de station touristique, la commune ne connaît pas les faramineux écarts saisonniers de population qui affectent bien d'autres cités de vacanciers : 8.000 hab l'hiver, environ 11.000 l'été.  Une population résidente permanente, plutôt jeune, travaillant à Marseille ou à Fos, participe à maintenir l'équilibre démographique. Ce qui explique l'activité et l'ambiance de village que connaît la commune, y compris hors saison.

 

L'ENNEMI, C'EST LE FEU

L'acquisition d'une grande partie de l'espace naturel du massif de la Nerthe par le Conservatoire l'a soustrait à d'importants projets d'urbanisation, mais ce site particulièrement exposé a subi, au cours de ces quinze dernières années, de nombreux incendies qui ont gravement entamé son patrimoine végétal.

La gestion du site privilégie les écosystèmes adaptés au feu, favorise la régénération naturelle des forêts, diversifie les espèces en plantant des feuillus dans les vallons, crée des zones coupe-feu (oliviers, restanques débroussaillées, zones pâturées par un troupeau de chèvres du Rove).

Guy Brevet
Jeanne Chemin
Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée