Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Le Grau du Roi, seul accès à la mer du Gard

Marins salés, marins d'eau douce

A l'embouchure du capricieux Vidourle venu des Cévennes et au débouché de la Grande Roubine qui passe dans les salants d'Aigues Mortes, le Grau du Roi est un vivant port de pêche et une charmante petite ville.


Le Grau du Roi et la passe qui mène au port sont est aisément reconnaissables aux deux amers que constituent l'ancien phare, à bâbord, et les immeubles qui s'élèvent en face sur l'autre rive du chenal Le Grau du Roi et la passe qui mène au port sont reconnaissables aux deux amers que constituent l'ancien phare, à bâbordqui coupe la ville en deux.
La ville et son port sont situés à une double embouchure : celle du Vidourle, fleuve côtier aux crues violentes et soudaines, et du canal maritime, la Grande Roubine, qui conduit à Aigues-Mortes.
Pour entrer dans la passe, présentez-vous bien dans l'axe. Le courant étant sortant, méfiez-vous des éventuels remous et bois flottants en période de fortes précipitations sur l'arrière-pays. De même, à l'entrée comme à la sortie, gardez bien à l'esprit que le Grau du Roi est surtout un port de pêche, que les chalutiers sont prioritaires et les pêcheurs conscients de leurs prérogatives.
Une fois dans la passe où il n'y a pas de places d'accueil, vous devrez franchir le pont tournant pour accéder au port de plaisance, situé sur le Canal Maritime (consultez les horaires d'ouverture des ponts tournant et levant). Restez sur tribord, les pontons sont situés surtout à tribord (et après l'entrée du port de pêche), ainsi qu'à bâbord après le chantier naval repérable à la maison rose, et avant le pont levant.
Le port du Grau du Roi, de petite capacité, présente la particularité d'être un lieu où se rencontrent marins d'eau salée et marins d'eau douce ; il constitue en effet pour ces derniers, venant d'Aigues-Mortes, la dernière étape fluviale. En décalage avec l'activité commerciale dense, surtout en période estivale, que connaît le centre du Grau du Roi, le port constitue une jolie escale.


BALNEAIRE DEPUIS 1924

Le port du Grau du Roi est historiquement lié au destin d'Aigues Mortes. Successivement Grau des Consuls, Grau Henry, Grau du Roy (vers 1630), Grau Napoléon (sous le premier empire), Grau d'Aigues Mortes (utilisé régulièrement jusqu'en 1879, date de son autonomie de la commune d'Aigues Mortes), le nom de la localité a changé fréquemment.
Le port royal a été, durant de nombreux siècles, Aigues Mortes. Pour ce faire, les navires devaient remonter un chenal à travers un étang. Un grau (passage) artificiel a été creusé en 1278.
Pour maintenir cette voie navigable, stabilisée par deux môles empierrés au XIXe siècle, l'histoire d'Aigues Mortes et du Grau du Roi est indissociable d'une lutte permanente et de travaux incessants contre l'ensablement et les changements de lit du Rhône. Au débouché du Grau sur la mer, des cabanes, puis des maisons voient le jour, embryon d'un village de pêcheurs. La localité compte 500 hab en 1850, 1.000 hab en 1900.
Au début du XX e siècle, le Grau du Roi attire des touristes et des curistes à la recherche des bienfaits de l'eau de mer. Les flux s'intensifient d'abord avec la prolongation de la ligne de chemin de fer Nîmes Aigues Mortes en 1873, puis la desserte de Grau du Roi en 1909. La commune, qui s'équipe rapidement d'instituts, de cabines de plage devient Station Balnéaire et Climatique par décret présidentiel en 1924.Le grau du Roi, plus qu'uèn port de plaisance, mais également une station balnéaire et climatique où plaisanciers et touristque se cotoient pour profiter de la mer, du soleil et de cette charmante escale méditerranéenne
C'est surtout après la deuxième guerre mondiale, avec le développement des congés payés en 1936, que la ville s'étire et se transforme. Si la pêche est toujours active comme en témoigne la présence d'une vingtaine de chalutiers dans le port, c'est le tourisme qui marque les esprits, l'espace et l'économie, notamment avec le projet d'aménagement spectaculaire de Port Camargue.

COMMUNE DE TERRE ET D'EAU

Le Grau du Roi est le seul accès à la mer du GardLe Grau du Roi est le seul accès à la mer du Gard, qui attire bon nombre de marins,plaisanciers, pêcheurs et touristes en quête de balade en mer et croisière le long de la Méditerranée.. Il s'en est fallu de peu pour que le département ne dispose même pas cette façade maritime d'une vingtaine de kilomètres ! Le découpage initial des départements n'en prévoyait pas. Prévu pour être dans l'Hérault, le canton d'Aigues-Mortes, suite aux protestations des Gardois, a été échangé contre le canton de Ganges, au pied des Cévennes, très riche à l'époque, notamment grâce au ver à soie.
La soie a périclité, le tourisme prospéré. Une cité industrielle s'est endormie, un village de pêcheurs s'est éveillé. Avec le tourisme, le littoral a été l'objet d'une forte urbanisation, avec l'extension que connut le centre-ville, en direction de l'ouest, vers la page du Boucanet, et de l'est, avec la station de Port Camargue créée ex-nihilo.
Heureusement, une bonne portion du territoire communal est préservée, au niveau de la longue plage de l'Espiguette. Cette commune grande comme la moitié de Paris intra-muros compte bien d'autres espaces naturels : un tiers de sa superficie est occupé par des zones humides. Les étangs et toute la faune qu'ils abritent ne sont jamais loin. C'est la petite Camargue qui, en bien des aspects, n'a rien à envier à la grande.



Guy Brevet

Jeanne Chemin

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée