Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages

 

Pollution carburants des bateaux

Econab + Ecoplein = plein sans bavureCarburant bateaux : un litre d'essence ou de gazole pollue 2.000 m2. Econab + Ecoplein = plein sans bavure.

Il est des gestes quotidiens qui ont l’air de rien mais qui sont lourds de conséquences par leur répétition.


Une goutte dans la mer, c’est peu, mais quand cette goutte est polluante et a la propriété de s’étaler très facilement sur l’eau., c’est grave. C’est le cas des carburants des bateaux : un litre d’essence ou de gazole pollue 2.000 m2.

Sachant qu’il s’en renverse chaque année quelques millions de litres, faites le calcul… c’est à peu près 200.000 hectares, la moitié du département des Pyrénées Orientales !

 

Les effets sont considérables : une concentration de 0,1 milligramme d’hydrocarbure par litre d’eau de mer suffit à modifier le goût de la chair du poisson; la stagnation à la surface perturbe les échanges d’oxygène entre l’air et l’eau; les organismes vivants, couverts d’une couche grasse , peuvent être asphyxiés; absorbés, même indirectement, ils se fixent sur l’ADN et peuvent provoquer des perturbations génétiques…

 

Pourquoi faire le plein d’un bateau engendre tant de pollution ?

Parce que ça bouge ? Non.Parce qu’un réservoir de bateau, pour des raisons techniques, doit dégazer à l’air libre, par l’évent, obligatoire.
Quand le réservoir est plein, le carburant suit le  chemin de l’évent et, par conséquent, déborde.

Par ailleurs, ce système ne provoque pas la coupure du débit du pistolet car, contrairement aux automobiles, il ne permet pas de créer la contre-pression nécessaire.  Du coup, même si tous les ports sont équipés de pistolet avec arrêt automatique, cela ne sert à rien : ça recrache aussi par le nable.
Bien sûr, on peut passer au moteur électrique ou au GPL, deux technologies qui font des progrès rapides (voir nos autres éditions) mais, en attendant, il existe un système efficace pour éviter les débordements et faire le plein dans bavure.

Une société française a mis au point un réservoir intermédiaire à installer sur le tuyau de l’évent  , appelé Ecoplein. Il permet, lors du remplissage du réservoir, de récupérer le surplus avant qu’il ne sorte à l’extérieur. Le carburant monte dans cette réserve jusqu’au flotteur, au contact de celui-ci un buzzer et un voyant rouge prévient que le réservoir est plein. On stoppe alors le remplissage.

L’autre invention s’applique au nable. C’est Econab, qui remplace l’ancien nable et qui, par un système qui renvoie le carbutant en surplus vers le réservoir et non vers l’évent, crée la contre-pression nécessaire à l’arrêt automatique de la distributin par le pistolet.

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée