Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Port Gardian - Les Saintes Maries de la Mer

Port Gardian, escale Camarguaise

Apercevoir le clocher de l'église des Saintes Maries de la Mer est un bonheur pour tous les marins.

Seul relief après des heures de côte à peine plus haute qu'une petite houle, c'est l'amer qui annonce une soirée tranquille dans une ville lumineuse et gaie, une nuit calme à l'abri des flons-flons des cités estivales.

Port Gardian est la seule escale camargaise, en pleine nature, pour un dépaysement complet, une sorte de parenthèse entre Provence à l'est et Languedoc à l'ouest.

Port "May-Day"

L'histoire des Maries et de Sara, échouées et sauvées sur la plage des Saintes Maries de la Mer (voir ci-dessous) est non seulement le mythe fondateur de la cité mais aussi son premier sauvetage connu. Depuis, la tradition ne s'est pas perdue.

 

Vue aérienne des Stes MAries de la Mer et de Port Gardian, le port, ses pontons, ses quais, ses amersIl faut dire que Port Gardian, tel qu'on le connaît aujourd'hui, n'existait pas avant 1984. Il n'y avait là qu'un havre mal défendu pour les bateaux des pêcheurs.

Et pourtant, du Grau du Roi à Port Saint Louis du Rhône - 31 milles nautiques - quand le vent souffle du sud, la côte, sans aucun abri, est l'une des plus dangereuses de Méditerranée : des hauts fonds qui lèvent les déferlantes, des bancs de sable qui aiment à se déplacer au gré des tempêtes et des crues du Rhône, des courants fluviaux qui contrarient les mouvements de la mer, aucune route d'accès à la côte... et une météo comme on l'a chez nous, fantas(ti)que.

 

Avant qu'une digue en 1983 puis un vrai port un an plus tard ne vienne sécuriser les Saintes Maries de la Mer, la première société de sauvetage s'y est créée en 1901. Toujours les pêcheurs se sont portés mutuellement secours, mais il s'agissait là d'une institution et d'un équipement «professionnels». Il y eut d'abord une barque à rames que l'on faisait tirer sur une remorque par des chevaux le long de la plage pour s'approcher au plus près de la perpendiculaire au lieu du naufrage. Autant prendre la houle de face et raccourcir les distances à l'aviron : six heures des Saintes à la pointe de Beauduc ! Ils en ont sauvé des vies, ces rameurs !

 

Le port de port Gardian un bon abri contre les coups de vent méditerranéen Après guerre, arrivèrent les premières embarcations à moteur. Avec le développement du tourisme, les Zodiac ont aussi secouru les estivants imprudents, surpris cette fois par le vent de terre, le Mistral brutal qui porte au large.

Puis, avec le port, est arrivée la SNS 223, une embarcation moderne qui n'hésite pas à sortir quand d'autres restent à l'abri, pour répondre aux «May-Day» (anglicisme du français «m'aider») reçus sur le canal 16.

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée