Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Construction du port de plaisance de la Grande Motte

Sculpture des années 1970, La Grande Motte, port de plaisance de l'Hérault

On l'aime ou on ne l'aime pas. Mais on ne discute pas une œuvre. Car la ville de la Grande Motte en est celle d'un seul architecte qui en a dessiné chaque immeuble, chaque fenêtre, comme une robe de Courrèges dans les années soixante-dix. Et, le matin, quand le soleil éclaire ses façades, on en est convaincu.
English  Flag

Une rangée de pyramides d'un blanc immaculé flotte sur la mer  Ce n'est pas un mirage, vous arrivez sur la Grande Motte et la côte basse de Petite Camargue n'est pas encore visible.Une rangée de pyramides d'un blanc immaculé flotte sur la mer  Ce n'est pas un mirage, vous arrivez sur la Grande Motte et la côte basse de Petite Camargue n'est pas encore visible surtout depuis le pont du bateaux!
Jean Balladur émerveillé par le site de Teotihuacan au Mexique, il a placé la cité sous le signe des temples du Nouveau Monde et d'un "nouveau baroque" de courbes et de géométries très Seventies. Précolombiens et contemporains se rejoignant dans l'adoration du Soleil, ces formes libèrent des espaces en degrés qui recueillent tous les rayons de l'astre solaire.
Pari architectural audacieux, polémiques virulentes, mais, au bout du compte le succès. La Grande-Motte fait partie des ports languedociens issus de la "mission Racine", (mission interministérielle pour l'aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon) mandatée dans les années 60 pour favoriser le tourisme balnéaire dans le golfe du Lion sans aligner les cubes de béton sur toute la côte.
Le temps a vêtu d'une abondance d'espaces verts le béton étalé nu sur le sable des premières années. Le rideau d'immeubles du front de mer protège les arrières des nuisances salines promptes à tout brûler. Près d'un tiers de la cité est occupé par le végétal. Au point que l'association Les Ecologistes de l'Euzière organise des visites de cet écosystème original dans lequel on peut circuler à pied ou à vélo par des "voies vertes" sur près de 7 km.
Au fil du temps, la clientèle a évolué. Le tourisme de masse s'est dilué alentour et le standing de la station a été tiré vers le haut. La proximité de Montpellier y est pour quelque chose. Dès les premiers beaux jours, l'immense plage du Grand Travers est investie par la population des communes des alentours, y compris entre douze et quatorze heures en semaine par les employés et étudiants de l'agglomération. Qualité de vie "Sud de France" oblige !

D'UNE STATION, UNE VILLE
Comme Port Camargue sa voisine d'en face, la Grande Motte essaie de vivre toute l'année et diversifie ses activités. Mais, ici, c'est plus facile : il faut deux fois moins de temps pour venir de Montpellier. Alors, de plus en plus nombreux sont ceux qui travaillent à la "capitale" et habitent là, au bord de la mer. Les étudiants aussi, se font des "colocs" pendant la saison d'hiver dans les studios qui seront repris l'été venu par les estivants.
Ainsi, la Grande Motte évolue de station touristique à ville à part entière (8.500 hab permanents pour une capacité d'accueil estivale de 11.000)a Grande Motte évolue de station touristique à ville à part entière (8.500 hab permanents pour une capacité d'accueil estivale de 11.000) plus tous les plaisanciers de passage dans son, port de plaisance.. Malgré ce changement, sa cohérence urbanistique a protégé la cité des intrusions architecturales parasites qui l'auraient dénaturé. Qu'on l'aime ou pas, la Grande Motte est restée elle-même, une sculpture sur le sable.
Pour la petite histoire la Grande Motte tire son nom de la dune la plus haute du littoral (plus de cinq mètres) qui se trouvait là, aujourd'hui appelée Point Zéro sur le plan de la ville.

UN "SACRE CHANTIER"
Ce fut aussi un sacré chantier ! "Quand je suis arrivé à mon poste en 1977, la construction du port était déjà entamée. En fait, il ne se termine jamais, au fil des ans, nous avons rajouté des pontons et des équipements. Il y a toujours des agrandissements" se souvient Pierre Penas, adjoint au maître de port et responsable technique au port de La Grande Motte. Les grands immeubles en forme de pyramides étaient déjà sortis. Mais Pierre Penas assiste à la construction de tout le côté ouest, vers la discothèque La Dune et le port. "C'était un sacré chantier. Une ambiance familiale régnait à cette époque, perdue aujourd'hui. Le matin, avant de sortir les bateaux, on buvait un café tous ensemble. Les gens de l'extérieur, touristes de tous pays, se mélangeaient aux locaux" raconte encore Pierre Penas.
Au départ le port prévoit 1.000 places, prises d'assaut dès la fin des travaux (aujourd'hui, 1.500 bateaux y sont amarrés et 800 vont s'y ajouter incessamment)Au départ le port prévoit 1.000 places, pris d'assaut dès la fin  des travaux (aujourd'hui, 1.500 bateaux y sont amarrés et un projet  prévoit d'en ajouter 800). La Grande-Motte fait figure de station balnéaire chic et branchée du Languedoc-Roussillon, appréciée des Parisiens. A la fin des années 70, les célébrités y ont leurs anneaux. "Nous avons mis à l'eau les bateaux de Thierry Lhermitte, de Jean-Pierre Foucault et de Jean-Louis Trintignant" se rappelle Pierre Penas.
Le port, creusé entre 3 et 4 m de profondeur accueille des voiliers dont le plus grand fait ses 55 pieds. Bateaux à voile et vedettes à moteur se partagent à égalité la fréquentation des bassins. "Il y a 70 % de gens du coin, Gard et l'Hérault pour l'essentiel mais aussi Vaucluse et Bouches du Rhône", indique Eric Pallier, maître de port, qui précise que « la clientèle est internationale depuis le début, avec surtout des Belges, des Allemands et des Anglais ».
Comme dans tous les ports récents, la zone technique, prévue confortable et bien achalandée, est particulièrement appréciée.

Christophe Naigeon

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée