Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

"Mission racine" : La Grande Motte et Port Camargue

Port Camargue et La Grande Motte, les sœurs de la "mission racine"

Port Camargue et la Grande Motte, créées à la même époque par le même architecte et dans le même souci d'aménagement du littoral, ne se ressemblent guère et on connu des destins bien différents.

English Flag

Nous sommes au début des années 60. Alors que, de l'autre côté du Rhône, le Gendarme de Saint Tropez voit déferler les touristes sur la côte d'Azur, les pandores Languedociens regardent passer les trains de voitures venues de toute l'Europe sur la route d'Espagne. La Costa Brava est aménagée, Germains, Bataves et Wikings s'y disputent appartements et places au soleil. Qui s'arrêterait ici, dans ces marais putrides infestés de moustiques ? Et pourtant, le potentiel est immense : plus de cent cinquante kilomètres dLa Grande Motte, ville touristique, port de plaisance et caboteurse sable pour poser sa serviette !
On est au cœur des Trente Glorieuses, il y a de l'argent et de l'ambition. Le gouvernement De Gaulle crée la DATAR (Délégation à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale) dirigée par Pierre Racine. A partir de 1963, la mission interministérielle d'aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon dite "mission Racine" va créer Port Camargue, la Grande Motte, le Cap d'Agde, Gruissan, Port Leucate, Port Barcarès et Saint Cyprien. Des villes balnéaires qui concentrent les vacanciers pour mieux préserver les zones naturelles intermédiaires, à la beauté fragile.
Dans la baie d'Aigues Mortes, Port Camargue et la Grande Motte se font face, différentes mais toutes deux construites par l'architecte Jean Balladur.


PORT CAMARGUE : LE PLUS GRAND D'EUROPE


En venant du Grau du Roi, l'amer principal est le phare de l'Espiguette. Attention, bancs de sable ! Approchez, l'architecture homogène de la marina puis la capitainerie vous guideront. La passe est large, l'accès facile, mais restez à distance des enrochements.
Bienvenue dans le plus grand port de plaisance d'Europe ! Avant d'atterrir, faites le tour des marinas. Sauf en hélico, il n'y a qu'en bateau qu'on prend la mesure de cette opération de 80 ha.
Imaginez que là, à la fin des années 50, avant que l'on assèche les marais, qu'on assainisse, qu'on amène l'eau potable et qu'on reboise, ce n'était qu'un bout de côte insalubre, plus couru par les moustiques que par les touristes. Ce qui deviendra Port Camargue est encore un espace naturel, vierge de toute construction. Vue du port de plaisance de la Capitainerie de Port Camargue qui veille sur vos bateaux, les pontons et la sécurité maritime
Ici, comme à la Grande Motte, l'architecte Jean Balladur est chargé du programme. En 1968, une digue est construite à l'Est de la baie pour stopper l'ensablement par les limons du Rhône. En 1969, les bassins sont creusés, les quais et les pontons réalisés, les premiers bateaux accueillis et on démarre la construction des marinas, achevées en 1980. Le parti pris architectural est un habitat bas, collectif ou individuel. Tout est fini en 1985.
Port Camargue compte aujourd'hui plus de 5.000 anneaux dont 2.239 en marinas privées et 4.500 appartements. Mille personnes y vivent à l'année mais c'est insuffisant pour animer une vie hors-saison. C'est pourquoi les efforts portent sur des activités permanentes et une diversification du port : planche à voile, aviron, canoë-kayak
L'ancien casino a été récupéré pour en faire un Centre Européen du Nautisme et un hôtel trois étoiles doit compléter l'offre d'hébergement tandis que s'affirme le tourisme d'affaires en "pack" (sports nautiques + séminaire + hôtellerie).
Pour la commune du Grau du Roi, Port Camargue est un très gros poumon économique : la station abrite 80 associations et entreprises, dont 30 sur le plateau technique (C.A. consolidé de 64 millions d'euros en 2007) et plus de 380 emplois permanents.
Port Camargue soigne aussi son image : la station, certifiée ISO 14.001 (management environnemental) depuis 2004, est labellisée France Station Nautique et fêtera en 2010 ses 25 ans de "Pavillon Bleu".
La station mise également sur l'événementiel sportif : depuis deux ans, le bateau et l'équipe de Kito de Pavant y a élu domicile, d'autres 60 pieds sont attendus.


LA GRANDE MOTTE : LES PYRAMIDES SUR MER

Une rangée de pyramides d'un blanc immaculé flotte sur la mer  Ce n'est pas un mirage, vous arrivez sur la Grande Motte et la côte basse de Petite Camargue n'est pas encore visible.
Visiblement, Jean Balladur a appliqué ici d'autres concepts. Emerveillé par le site de Teotihuacan au Mexique, il a placé la cité sous le signe des temples du Nouveau Monde et d'un "nouveau baroque" de courbes et de géométries très Seventies. Précolombiens et contemporains se rejoignant dans l'adoration du Soleil, ces formes libèrent des espaces en degrés qui recueillent tous les rayons de l'astre solaire.Les pyramides de la Grande Motte vous regarde depuis votre embarcation dans le port de plaisance
Pari architectural audacieux, polémiques virulentes, mais, au bout du compte le succès.
Le temps a vêtu d'une abondance d'espaces verts le béton étalé nu sur le sable des premières années. Le rideau d'immeubles du front de mer protége les arrières des nuisances salines promptes à tout brûler. Près d'un tiers de la cité est occupé par le végétal. Au point que l'association Les Ecologistes de l'Euzière organise des visites de cet écosystème original dans lequel on peut circuler à pied ou à vélo par des  "voies vertes" sur près de 7 km.
Au fil du temps, la clientèle a évolué. Le tourisme de masse s'est dilué alentour et le standing de la station a été tiré vers le haut. La proximité de Montpellier y est pour quelque chose. Dès les premiers beaux jours, l'immense plage du Grand Travers est investie par la population des communes alentours, y compris entre douze et quatorze heures en semaine par les employés et étudiants de l'agglomération. Qualité de vie "Sud de France" oblige !
Comme Port Camargue, la Grande Motte essaie de vivre toute l'année et diversifie ses activités. Mais, ici, c'est plus facile : il faut deux fois moins de temps pour venir de Montpellier. Alors, de plus en plus nombreux sont ceux qui travaillent à la "capitale" et habitent là, au bord de la mer. Les étudiants aussi, se font des "colocs" pendant la saison d'hiver dans les studios qui seront repris l'été venu par les estivants.
Ainsi, la Grande Motte évolue de station touristique à ville à part entière (8.500 hab permanents pour une capacité d'accueil estivale de 11.000). Malgré ce changement, sa cohérence urbanistique a protégé la cité des intrusions architecturales parasites qui l'auraient dénaturé. Qu'on l'aime ou pas, la Grande Motte est restée elle-même, une sculpture sur le sable.
Pour la petite histoire la Grande Motte tire son nom de la dune la plus haute du littoral (plus de cinq mètres) qui se trouvait là, aujourd'hui appelée Point Zéro sur le plan de la ville.


Guy Brevet
Jeanne Chemin

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée