Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Sète, le 29 juillet 1666: 1ère pierre du môle Saint Louis

Le môle St Louis hôte d'accueil du port de Sète

Tout a commencé le 29 juillet 1666, quand fut posée la première pierre de ce qui allait devenir l'armature du port de Sète : le môle Saint LouisLe môle St Louis, une légende à Sètes vous surveille de toute sa hauteur vous caboteurs, plaisanciers et touriste de Méditerranée et de tous horizons. Le roi voulait donner à l'événement un grand retentissement et ce qu'on appellerait aujourd'hui une campagne de marketing et de relations publiques a été menée pour l'occasion avec une grande habileté.

L'idée était simple : puisque ce port était destiné à sauver le commerce languedocien en réalisant un abri sûr pour les bateaux contre les tempêtes, les pirates et les convoitises étrangères, la cible de l'opération de communication était tout naturellement les commerçants, usagers potentiels et colporteurs naturels des nouvelles.


Chaque année se tenait en juillet la grande foire de Beaucaire où marchands et négociants de presque toutes les nations ont coutume de se rendre. Il fallait donc en profiter pour les faire venir pour qu'ils constatent eux-mêmes qu'il existerait bientôt «un port facile et assuré dans un lieu que l'on tenait inabordable» et qu'ils «portent eux-mêmes la nouvelle dans leur pays».

L'organisateur de la cérémonie, l'Intendant de Languedoc, ne lésina pas sur les moyens : il construisit en trois semaines une ville artificielle en bois et en toiles peintes en trompe l'œil, une église dédiée à Saint Louis, patron du port, est bâtie à la hâte au débouché du futur canal.


De là, l'on bâtit une sorte d'avenue bordée de bâtiments pour accueillir les personnalités de toute la région, couverte de feuillages pour tenir à l'ombre les et au frais notables au cœur de l'été.

Des centaines de traiteurs, cuisiniers, cabaretiers, marchands de fruits, de limonade et de liqueurs à glace arrivent pour assurer la subsistance des visiteurs.

Le 29 juillet, le bassin de Thau se couvrit d'embarcations tandis que sur les routes des milliers de charrettes, de calèches, de voitures à bras et de piétons se pressent vers la ville-décor.


Alors que les ponts n'existent pas encore, une grande partie de cette foule traverse à gué pour se rendre dans l'île singulière. L'évêque de Montpellier, célèbre une grand messe et la première pierre est posée. Tirée de la montagne d'Agde, elle est frappée de médailles.

Comme le relate Jean Sagnes dans Histoire de SèteSète, ville maritime par définition, avec ses 5 ports, elle vous attend et parfois vous garde .... (Privat ed.), pendant que les officiels déplacent, tant bien que mal, cette grosse pierre alors que le rivage est loin d'être stable, artillerie, boîtes, pierriers, mousqueterie, trompettes et tambours, cris de Vive le Roi faisaient retentir les montagnes d'alentour.


Ce fut donc une belle fête au grande retentissement tant régional qu'international. Urbi et orbi, le nouveau port de Sète faisait désormais partie du paysage commercial du sud de l'Europe. L'opération avait réussi.

Le lancement d'un port sécurisé à cet endroit était d'autant plus important que par ailleurs se dessinait peu à peu un autre projet, encore plus ambitieux et aux conséquences énormes : le biterrois Pierre-Paul Riquet essayait d'obtenir de Colbert l'autorisation de lancer le creusement du Canal du Midi qui, en traversant le Languedoc, relierait l'Atlantique à la Méditerranée.

L'année de la pose de la première pierre du môle saint Louis, Riquet obtenait enfin les moyens nécessaires pour lancer un premier tronçon. A l'origine, le canal devait rejoindre la Méditerranée au grau de La Nouvelle. Mais la mise en route de la construction du port de Sète fit changer les plans. L'étang de Thau devenait le débouché naturel du canal puisqu'un port moderne assurait la liaison avec la mer. Ainsi, il est de simples pierres qui détournent les rivières...

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée