Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Sète, ville unique

NOTRE ILE EST SINGULIERE ET NOTRE PORT DOIT RESTER PLURIEL

Sète est unique. Pour un marin de cabotage, habitué aux petits ports conviviaux ou aux grandes marinas, aborder Sète est une expérience nouvelle. Venant du large, vous avez déjà vu des cargos mouillés à un ou deux milles de là, sur les fonds de moins de quinze mètres qu'il y a ici.

 

En entrant par la grande passe de l'est vous avez contourné un pétrolier amarré aux grands coffresEn entrant par la grande passe de l'est vous avez contourné un pétrolier amarré aux grands coffres vous êtes bien arrivés à au port de croisières de Sète et, si vous avez pris la petite passe à l'ouest vers quinze heures, la flotte des chalutiers pressés de pointer à la criée vous est tombée dessus et, dans les bassins, vous avez croisé un ferry pour le Maghreb, un paquebot rutilant où la croisière s'amuse. Sans parler des "sapinous", les barques des conchyliculteurs de Thau, qui passent à toute vitesse sans doute pour rattraper une huître évadée des parcs , des remorqueurs aux airs de bonnes brutes trapues et ces drôles d'araignées d'eau que sont les engins à touristes pour la visite du port. Enfin, vous avez trouvé place au pied du phare, vous pouvez passer la soirée à regarder tout ce monde travailler, se croiser, brasser de l'eau.

A Port Vendres ou Port la Nouvelle, on retrouve un peu de cela. En bien plus petit. A Marseille, qui a tout en plus grand sauf la pêche, peuchère ! les genres de marine ne se mélangent pas : ferries ici, cargos là, paquebots là-bas, plaisanciers, entre eux, au Vieux port. La ville cosmopolite n'a pas de mixité nautique. Alors que ce mélange-là est l'essence même, l'âme sin-gu-lière du port de Sète.

 

Avec quelques inconvénients, pourquoi les cacher ? Comme les bouteilles, les sacs en plastique, les morceaux de caisses en polystyrène qui flottent dans les eaux grasses accumulées au fond du port de plaisance.Le port  de plaisance de Sète vous accueille tout au long de l'année, avec comme hôte le grand et fière Môle St Louis Comme cette houle qui se lève vers trois heures du matin au départ des pêcheurs et arrive parfois à faire s'entrechoquer mâts, antennes et girouettes ! Et pour les pêcheurs, n'est-ce pas une nuisance, ces plaisanciers qui, sous prétexte qu'ils ont sorti la voile, croient avoir la priorité sur un chalutier ?

Oh, bien sûr, de campagnes électorales en bataille institutionnelle et de bras-de-fer économique en querelles de personnes, ce ne sont pas les prétextes qui manquent pollution, encombrements, ambitions de grande plaisance, modernisation, rationalisation, économies, mise aux normes pour prendre le plan du port comme une carte d'état-major, marquer son territoire, dire que les autres doivent céder la place.

 

LE JEU DU POUSSE-TOI LA

Le port de commerce est hors-concours dans le jeu de pousse-toi-de-là-que-je-m'y-mette. Personne n'a encore songé quoi que à virer tout le monde pour faire de Sète la plus grande marina de l'univers, de la gare au phare Saint-Louis et de la criée Frontignan ! Mais le port de pêche, oui. La perspective du vieux port bouchée par une forêt de mâts, la criée aménagée en boutique de souvenirs, le canal royal en foire-expo des grandes marques du nautisme, ce serait non seulement moche mais contraire à toutes les tendances urbanistiques, touristiques et économiques. La Ciotat, Marseille, Cassis, Sanary, Palavas, de toutes taille les ports de la Méditerranée ont compris l'intérêt de préserver la cohabitation entre les bateaux de pêche et de plaisance, entre les vieux gréements et les yachts high-tech, entre les odeurs de poisson, de bois, d'époxy et d'huile solaire.Le port de Sète est un mélange de bateaux traditionnels et d'énormes paquebots et ferries

Apprenons plutôt à vivre ensemble, au port comme dans la ville, comme dans la vie. Que les plaisanciers s'amarrent tête-bêche, gâchent moins d'eau douce, surveillent les régurgitations de leurs réservoirs, contrôlent leurs eaux noires, choisissent mieux leurs antifoulings et vident leurs poubelles là où il faut ; que les pêcheurs ralentissent sur le dernier (ou premier) quart de mille, surveillent leurs caisses blanches et les rejets de gazole ; que les ostréiculteurs se croient un peu moins en compétition de off-shore ; que les pêcheurs à la ligne arrêtent de jeter des cannettes partout et de pisser ou pire sur le quai de la criée Rien de bien compliqué.

C'est sans doute parce que c'est simple que c'est plus difficile à comprendre.

 

Christophe Naigeon
Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée