Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Port stratégique de Villeneuve lès Maguelone

Quand Maguelone était un port barbaresque

Quand les Sarrasins s'emparent de Villeneuve-lès-Maguelone, ils trouvent une île prospère, un port dynamique, un évêché. Villeneuve devient le redoutable Port Sarrasin que Charles Martel détruit entièrement en 737. Une légende est née.

 

Quand on passe devant en bateau, on se demande bien comme on a pu y faire un port.Quand on passe devant en bateau, on se demande bien comme on a pu y  faire un port. Il suffit de savoir que le littoral était d'une configuration assez différente et qu'il y avait là autrefois un grau, marqué sur les cartes sous le nom de la Sarrasine, qui permettait de passer de la mer aux eaux intérieures. Au IVe siècle, les Romains en avaient fait l'un des ports stratégiques pour la conquête intérieure de la Gaule et le commerce maritime avec le Proche-Orient, la Péninsule Ibérique et l'Afrique du Nord.

Les Romains partis et la pax romana terminée, sur la mer prospèrent les pirates "barbaresques", sur terre les "barbares" occupent l'espace laissé libre. En Languedoc, s'ouvre l'époque des Wisigoths, beaucoup moins barbares qu'on le dit. Leur roi Lieuba remarque cet îlot sur l'étang côtier de Melgueil. Pour ce peuple de redoutables cavaliers qui n'avaient que peu d'intérêt et de compétences pour la mer, le lieu semble propice à créer une place forte, usant des étangs comme de douves naturelles plutôt que d'un bassin portuaire. C'est un lieu stratégique un peu en retrait de la via domitia  (la route nationale 113 des Césars) bien protégé des incursions pirates venues de la mer. Lieuba y créé donc le premier hameau de ce qui deviendra la cité de Villeneuve-lès-Maguelone. En 589 (première date attestée), ce roi chrétien y fait consacrer un évêque, Boèce. L'évêché de Maguelone commence sa longue et tourmentée histoire.

 

LES SARRASINS EPARGNENT L'EVECHE

Un peu plus d'un siècle plus tard, il ne s'agit plus de pirates mauresques mais d'une véritable invasion sarrasine. A partir de 711, les Wisigoths sont rapidement chassés de leurs territoires qui s'étendaient du sud de l'Espagne jusqu'à la Bourgogne et aux Pays de Loire, aux confins du royaume des Francs. En 715, les Sarrasins prennent Tarragone, Barcelone, franchissent les Pyrénées. En 719, Narbonne tombe aux mains de l'émir Al Samh dont la domination s'étend jusqu'à Nîmes. Le long de la côte, le l'Insula Magalona avait éveillé leur intérêt dès le début de la conquête. Personne ne connaît la date de leur prise de possession du lieu, mais un peu avant 720 les troupes d'Al Samh agrandissent le port situé au sud de la cathédrale. Sur cette côte sableuse, les roches basaltiques de cet ancien volcan (comme le Mont Saint-Loup à Agde) sont une précieuse ressource pour construire murs, digues et quais pour un port bien défendu. Le redoutable Port-Sarrasin était né. Il est depuis resté dans la légende, bien qu'on en sache bien peu de choses. Villeneuve lès Maguelone : Le redoutable Port-Sarrasin était né. Il est depuis resté dans la légende, bien qu'on en sache bien peu de choses.

Ce qui est sûr est que le roi franc Charles (pas encore Martel), après avoir laissé les Sarrasins piller les villes de la région au point de s'alourdir considérablement (leur force résidait dans leur mobilité et leur rapidité sur leurs petits chevaux arabes), gagne rapidement la bataille de Poitiers en 732. Le chef ennemi, l'émir Abd el Rahman est tué. C'est le début du reflux des Mahométans, aussi rapide que leur flux. En 737, les troupes de Charles reprennent Arles, Nîmes, Béziers, Avignon. Et Maguelone.

 

MAIS LE "MARTEAU" LE DETRUIT !

Pour Villeneuve-lès-Maguelone, l'ordre qu'il donne est "destruction totale". Pourquoi ? Charles, certes chrétien, n'a de cesse que de s'emparer des places fortes de l'église dont il "laïcise" les biens. Habituellement déclaré champion de la Croix contre les Infidèles, certains le décrivent de manière moins flatteuse, comme Flodoard, chroniqueur du Xe siècle : "Ce bâtard né d'une servante n'était audacieux qu'à faire le mal envers les Eglises du Christ". La Provence garde le même souvenir des exactions de ce "nettoyeur". Son surnom de Martel ne viendrait peut-être pas du "marteau", la masse d'armes dont il s'était servi avec succès à Poitiers, mais de la force brutale qu'il employait à écraser autant les disciples de Mahomet que les dignitaires de l'église de Jésus

Pour Charles Le Marteau, Villeneuve est un lieu stratégique. Il faut faire disparaître les Sarrasins, les religieux chrétiens, l'Evêché et les bâtiments, fortifications et lieux de culte que les uns et les autres ont construit. Maguelone est livrée aux flammes, chaque pierre renversée. Le pays est "livré aux horreurs de la guerre, au fanatisme des hordes musulmanes, à la merci des Francs victorieux." (Fabrège, érudit et propriétaire de l'île dans "L'histoire de Maguelone", 1894).

 

POURQUOI ECRASER LES MYTHES ?

Evêque et chanoines se réfugient à Substantion (Castelnau-le-Lez), site aujourd'hui disparu. Pendant trois siècles, du XIIIe au XIe, tout le temps que sévit encore la piraterie byzantine, personne n'habite ni ne travaille à Villeneuve-lès-Maguelone.

Au total, la présence musulmane à Maguelone n'aura finalement duré qu'à peine trente ans et laissé peu de traces matérielles. Pourtant, elle a fortement marqué les esprits. Port-Sarrasin est devenu un mythe que Charles en l'écrasant aura contribué à façonner.

Villeneuve se réveillera en 1030 à l'initiative de l'évêque Arnaud qui reviendra dans l'île et bâtira une cathédrale-forteresse, l'actuelle cathédrale Saint-PierreVilleneuve lès Maguelone sa cathédrale, port sarrasin, son écosystème unique. Car même ruinée et détruite, la cité de Maguelone ne perd à aucun moment son prestige. Il fera aussi construire un pont reliant l'île au village sur les terres, un ouvrage audacieux pour l'époque car il mesurait presque un kilomètre. La cathédrale deviendra un bien pontifical jouissant d'une indulgence papale (Bulle de 1033 du  Pape Jean XIX). Agrandie et embellie au XIIe et XIIIe siècles, la cathédrale de Maguelone devint rapidement le haut lieu de culture et de spiritualité qu'elle est toujours.

Aujourd'hui, c'est un magnifique mouillage par pétole d'où il faut voir le soleil se coucher derrière la cathédrale.

 

Christophe Naigeon
Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée