Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Ramatuelle, une des Cités perchées du golfe de Saint-Tropez

Gassins et Ramatuelle doux amers

Ce ne sont pas des amers. Gassin et Ramatuelle ne se voient de la mer qu'en certains endroits d'où il apparaissent bien petit. Ce ne sont pas non plus des ports, même si le premier a une marina au fond du golfe et le second un mouillage parmi les plus célèbres du monde, devant la plage de Pampelonne. Mais on ne peut les dissocier du golfe de Saint-Tropez où vivaient leurs populations d'origine.

 

Personne n'avVue aérienne du petit village de Ramatuelle au loin le Golfe de St Tropez où superyachts, voiliers de luxe et autres embarcations de fortune se cotoient sur la Méditerranéeait vraiment de raison de venir s'installer sur ces pitons rocheux. En bas, la plaine est plus fertile et plus facile à cultiver que les roches cristallines des Maures. En bas, il y a des rivières où au moins une partie de l'année coulent des rivières pour le bien-être des plantes, des animaux et des humains. En bas, il y a des chemins plus carrossables, plus aisés à parcourir à pied avec de charges. En bas, il y a la mer et ses barques pour transporter les gens et les denrées, pour pêcher les poissons et les coquillages.
Les communautés les plus anciennes, Ligures et Grecs s'étaient naturellement installées sur les rivages, dans les terres basses alluvionnaires, sur les collines proches avec leurs sources, leurs pâturages et leurs forêts giboyeuses. Là est la vie, là est l'agriculture, l'élevage, la pêche, le commerce. Un dolmen au cap Taillat, sépulture de 2.000 ans avant J.-C, atteste la présence de nos ancêtres en bord de mer.

FUIR LES PIRATES
Pourquoi monter là-haut, tailler des sentiers, charrier des pierres, acheminer de l'eau, et marcher, marcher toujours pourRuelle de Ramatuelle connue pour ses coloris chatoyant et pour être la petite sœur de St Tropez et son port de plaisance toujours assiégé en saison y gagner sa vie ?
C'est que la vie, justement, pouvait se perdre. La côte prospère était une côte mortelle.  Depuis la fin de la Pax Romana, les galères de l'Empire ne pourchassaient plus les pirates mauresques. Fins navigateurs et cruels prédateurs, ils abordaient, pillaient, incendiaient, enlevaient femmes et filles, tuaient les hommes.
Alors, pour surveiller la mer, pour se tenir à distance des barbaresques, pour mieux s'en défendre, les pitons rocheux fortifiés, les donjons et les tours de guet, les murailles et les souterrains, ou même simplement quelques murs solides, une bonne vue et un peu de ruse ont remplacé les maisons d'en-bas.
Les premiers habitants du lieu, des celto-ligures les Camatullicci s'installèrent donc sur le site de Gassin (en fait, Garcin mal orthographié) dont le nom viendrait soit de  l'association de deux mots indo-européens Kar (pierre) et Sen (colline), soit du latin du temps des Temliers qui y avaient établi une tour de guet baptisée Gardia Sinus (gardienne de la baie), devenue Gassin par contraction.
Gassin ne fut jamais prise. Même par la peste. Pendant l'épidémie, tout le monde se réfugia provisoirement encore plus loin dans les terres. Mais, craignant que le village ne soit pillé pendant qu'il restait vide, une vieille femme, qui ne craignait ni la maladie ni le feu, y venait chaque soir et, une poignée de braises dans ses mains, elle allumait des foyers et des chandelles dans les maisons pour faire croire qu'elle étaient encore habitées. On pense encore que c'était une sorcière.

FUIR LES VERTUEUX

Quant à Ramatuelle, sa cousine et même son prolongement fortifié (le chemin de Paillas est, selon certains auteurs, un ancien chemin de ronde), elle regarde plutôt vers l'est. Construite en escargot bien serré avec une église dont le clocher est une ancienne tour de guet. Comme Gassin elle aurait été peuplée par les mêmes Camatullicci qui, par déformation auraient donné Ramatullici puis Ramatuelle. Une autre hypothèse est une origine arabe qui laisserait entendre que la petite citadelle a été non pMagnifique village qu'est Ramatuelle, là pas de port ni de bateaux luxueux, pas de capitainerie et de" pontons mais un charmant petit village provençalas prise par de sanguinaires pirates mauresques mais habitée conquise ? par des Sarrasins venus d'Espagne qui ont laissé de nombreuses traces. Le nom viendrait alors de "Rahmatu-llah", autrement dit "providence divine".
Ramatuelle fut ravagée lors des guerres de religion mais il semble que son plan défensif avec ses ruelles lovées comme un cordage n'a pas changé depuis
C'est ce qui a fait son immense succès touristique, un peu décalé par rapport à Saint-Tropez. Certains artistes de renom, fuyant la station qui devenait par trop mondaine, s'y exilèrent ? Ainsi, le britannique David Hamilton, photographe des jeunes filles en fleurs banni du monde anglo-saxon par les ligues de vertu qui, malgré un usage massif du flou artistique l'accusaient de pornographie enfantine, rendit Ramatuelle célèbre en venant y travailler.
Et le vin ! Avec ses 750 ha de vignes, Ramatuelle a su se créer une réputation de terroir viticole. Si l'on retire beaucoup de rosé vendu en cubis et bu avec des glaçons sur les terrasses des maisons et dans les cockpits des bateaux, il reste de fort bonnes choses qu'il faut prendre le temps de déguster. Une raison de plus de prendre le bus pour aller, à l'instar des Camatullicci, faire un tour du côté des sommets.

 

Christophe NAIGEON

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée