Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée

Rechercher sur cabotages.fr

Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages

Les vidéos de Cabotages

Arles Rhône 3

Suivez l’aventure !

Les vidéos d'Arles Rhône 3

 

Sel de mer, sucre de vigne

Une grande richesse naturelle

Un véritable condensé grandeur nature de la diversité des milieux naturels de Provence : les anciens salins d’Hyères, vaste zone humide de 900 ha qui joue un rôle primordial pour l’accueil des oiseaux migrateurs, la presqu’île de Giens, reliée au continent par son double tombolo, enfin les îles, Porquerolles, Port-Cros et le Levant, véritables conservatoires des richesses des milieux insulaires méditerranéens.


Les Salins de HyèresExtrême avancée de la Provence en Méditerranée, la presqu’île de Giens est le point le plus méridional de la France continentale, à la même latitude que le Cap Corse. Boisée et rocheuse, elle s’avance en mer, à peine retenue au continent par un double cordon alluvial (double tombolo) de 4 km de longueur qui encadrent des étangs et des salins, particularité géologique extrêmement rare puisqu’il n’en existe que cinq dans le monde.
Avec ses 100 ha protégés, depuis Escampo Bariou jusqu’au marais des Estagnets, la pointe occidentale de la presqu’île est la plus sauvage. Un sentier littoral permet de parcourir cet espace quasi insulaire où pinèdes et maquis denses côtoient des falaises dentelées qui s’ouvrent sur de petites criques escarpées. C’est le royaume du vent, des embruns et du rare faucon pèlerin qui niche dans les à-pic inaccessibles.

LES SALINS D’HYERES
Enserrés entre les deux cordons du double tombolo, scintillent les étendues miroitantes des formes géométriques des anciens salins des Pesquiers. Après l’abandon de leur exploitation en 1995, ces marais salants sont devenus une terre d’accueil prLa diversité de la nature dans le var et le long de la Méditerranéeovidentielle pour de nombreux oiseaux d’eau. Les Salins d’Hyères sont constitués de deux unités complémentaires sur le plan écologique : le salin des Pesquiers (environ 550 ha) qui occupe la partie centrale du double tombolo, et les Vieux-Salins (environ 350 ha), qui longent le littoral sur près de 3 km en direction de La Londe-les-Maures.
Constitués d’une mosaïque de plans d’eau de profondeur, de surface et de salinité variables, ils présentent un intérêt biologique considérable puisqu’ils peuvent accueillir une grande variété d’espèces d’oiseaux et de poissons.
Survivance du vieux plissement hercynien au cœur d’une Provence calcaire, les îles d’Hyères ont frappé l’imagination par leur alignement et sans doute par l’éclat des micaschistes qui en constituent l’ossature. Mais il y a une dizaine de millions d’années encore, Maures, îles d’Hyères, Corse et Sardaigne ne faisait qu’un. La dérive de l’Afrique, et celle de la Corse et de la Sardaigne, briseront cette unité, créant par effondrement une fosse marine de 2.000 m à quelques milles au sud de Port-Cros ! Rien de tel entre les îles et la côte où les fonds ne dépassent guère 100 m


PORQUEROLLES

Porquerolles est un vaste croissant de 1.257 ha aux pointes tournées vers la côte. Toute proche de la presqu’île de Giens, elle ferme, avec Port-Cros et l’île du Levant, la rade d’Hyères. Convoitée depuis 600 avant JC au moins, elle sera au gré des époques, havre pour village de pêcheurs, escale appPorquerolles, le paradis du cabotage en Méditerranéeréciée du cabotage méditerranéen, repère de pirates, bastion militaire, champ d’expérimentation agricole, conservatoire de richesses naturelles. Autant de vocations qui laissent leurs traces dans tous les paysages. Sur l’île de Porquerolles, deux anciennes propriétés militaires sont désormais sous protection du Conservatoire : la Pointe du Léquin et la presqu’île du Grand-Langoustier, îlot rocheux relié à la pointe ouest de l’île par un court cordon de sable, et dominé par un remarquable fort à enceinte étoilée. Au sud enfin, le domaine de l’Oustaou de Diou offre un résumé de l’île, avec ses collines et vallons, sa forêt ombragée de chênes verts et de pins d’Alep, et de grands eucalyptus odorants qui se mêlent aux chênes-lièges ancestraux. Sans oublier une plante d’importation : la vigne.

Conservatoire du Littoral

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée