Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Six Fours les Plages, la ville aux trois ports

Fours, forts, feux, phares, à Six Fours les Plages on y perd son latin

Six-Fours a toujours été une galaxie de hameaux. Aujourd'hui, il reste trois ports : Six Fours, la Coudoulière et le Brusc. Et d'autres projets


Impossible de le rater : le fort de Six Fours se voit aussi bien d'un côté comme de l'autre de la presqu'île de Saint Mandrier. Il trône à 291m d'altitude au beau milieu d'une zone boisée d'autant mieux protégée de l'urbanisme galopant que c'est zone militaire.

Dire qu'il est beau serait exagérer. Il n'a ni le charme des forteresses du Moyen-Age, ni l'allure des citadelles de Vauban. Construit en 1875 après la défaite contre les Prussiens en 1870, c'est l'archétype de l'art militaire "moderne" que l'on trouvera beau, peut-être, dans quelques siècles.

Ce qu'on peut reprocher à ses bâtisseurs est d'avoir, pour le construire, exproprié les habitants du vieux Six Fours et rasé le village fortifié qui s'y trouvait depuis mille ans ainsi que l'église Sainte Marie de Cortine. Raison d'Etat ! Subsiste seulement la Collégiale Saint Pierre, du XIe siècle, juste à côté du fort.

UN LIEU SANS HISTOIRE ?

En vous approchant de la côte, ne cherchez pas naïvement de fours. Le nom est trompeur. Il y a en effet quEntrée du port de plaisance de Six fours les Plages, un phare nous accueilleatre étymologies possibles à ce nom qui paraît pourtant bien simple et qui fut mentionné pour la première fois en en 963 en "Septem Furnos" puis en 1035 en "Sex Furnos".  Selon l'interprétation que l'on fait du bas-latin ecclésiastique médiéval cela veut dire "four" (furnus), "fort" (fortis), "feu" (focus) ou "phare" (faros) Au choix.

Tout le monde, en revanche, semble d'accord sur le nombre de six. Il y avait bien six hameaux respectivement situés à la Lône, au Brusc, au Cap Nègre, au Peyron, au Croton et, le sixième et le plus important à Six Fours dont les frontières se sont étendues à toute la presqu'île de Saint Mandrier jusqu'en 1657.

La légende raconte qu'à cause de tous ces forts et de la présence du château d'antan, le coin est plein de souterrains secrets Mieux vaut garder le mystère car, selon la rédactrice d'un site de recherche historique sur la commune, à la question « que s'est-il passé d'important à Six Fours ? On serait tenté de dire RIEN. Ce qui est déjà exceptionnel ».

En tout cas, ils ne manquent pas d'humour, les Six-fournais ! (voir l'excellent site http://six-fournais.com).

GALETS ET COUDOULIERE

En provençal, lLe Port  de Six Fours les Plages au soleil couchant idéale escale à la mi saison pour tout caboteura Coudoulière signifie "plage de galets". Au sud-est de la pointe du cap Nègre, sur la commune de Six Fours, la Coudoulière est un petit port (bateaux de moins de 11 m) le long d'une plage et protégé par deux digues en enrochements. Bien abrité par cette proximité, son accès peut cependant être délicat par fort vent d'ouest, la passe orientée au sud obligeant à virer travers aux vagues. Il faut aussi prendre garde aux hauts fonds sur tribord.

A l'origine il y avait là une briqueterie. C'est de cet endroit du rivage que les briques étaient embarquées sur des navires. Une activité de petite pêche au même endroit entraîna la construction d'une digue en 1905. Le port de plaisance existe depuis 1996.
Le parking devant le port accueille une fois par an un salon du bateau d'occasion.
Il y a en projet la création d'un troisième port sur le territoire de la commune, de l'autre coté de la pointe Nègre : Port Méditerranée offrira une centaine de places.

LE GANGUI DU BRUSC

Le port du Brusc est situé au fond de la rade après avoir laissé sur tribord l'archipel des Embiez. Cette vaste rade abritée par les îles est une zone de mouillage sauvage sur corps morts pour de nombreuses petites embarcations à très faible tirant d'eau, connu depuis l'Antiquité.Le Brusc la coudouliere, magnifique plage de Six Fours les plages aux eaux translucide, idéale pour une peu de snoorkling en sautant du bateaux
La baie en direction de l'île du Grand Graou est encombrée par des pieux, vestiges d'ancien parcs à moules (c'est désormais une zone naturelle protégée Natura 2000).

C'est une ancienne "madrague", un poste de pêche au thon avec un filet particulier (voir l'article sur Saint Cyr en pages 4 et 5). C'est aussi, dit-on, le lieu où fut mis au point un autre genre de filet, le Gangui. Voici ce qu'en raconte une habitante de Six fours férue d'histoire : Le gangui serait une invention des pêcheurs du Brusc en 1580. () Mais cette pêche avait tellement de succès que les consuls de Toulon adressèrent une requête à la Cour des Comptes et obtinrent un décret interdisant la pêche au gangui.

Les Six-fournais continuèrent à se livrer à cette pêche lucrative, les consuls de Toulon protestèrent de nouveau. Par un arrêt du 2 juin 1581, rendu à Brignoles, la cour décida d'envoyer des experts pour examiner les filets, ce qui eut lieu le 10 novembre suivant.

Les experts décidèrent "qu'attendu que ces filets enlèvent une grande quantité de poissons dont ils tentent de dépeupler la mer, il fallait leur désigner un lieu à part pour y faire leur pêche sans porter préjudice aux autres engins de pêche en usage dans les mers de Toulon et de Six-Fours" »

Qui a dit que l'histoire ne se répétait pas ?

 

Guy Brevet

Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée