Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages.Méditerranée- Le portail de vos escales en Méditerranée
Cabotages Magazine
Cabotages Méditerranée
Le site internet de Cabotages.Méditerranée
  • Contacter Cabotages
  • Cabotages sur Facebook
  • Le blog de Cabotages chez Over-Blog
  • Cabotages sur Twitter
  • Les flux RSS de Cabotages
Les réseaux sociaux de Cabotages.Méditerranée
Rechercher sur cabotages.fr
La boutique de Cabotages, sacs étanches et abonnement magazine
Actu vidéo

Les vidéos de Cabotages


Les vidéos de Cabotages
Arles Rhône 3

Suivez l'aventure !


Les vidéos d'Arles Rhône 3

Cabotages et les formations aux métiers de la mer
L'appli mobile de Cabotages
 

Zone protégée de la Côte Bleue et de sa bordure subaquatique

La Côte Bleue : une merveille sauvée de justesse

Alors que les premières marinas commençaient à se construire à la fin des années 70, les élus ont décidé de faire de la Côte Bleue et de sa bordure subaquatique une zone protégée. Acceptant un développement modéré des constructions et des ports, ils en ont fait un site aussi beau que les calanques de l'est de Marseille.

 

Carro, La Couronne, Sausset les Pins, Carry le Rouet, Ensuès La Redonne, Niolon des noms qui s'égrènent sur la carte marine, quelques amers faciles à repérer comme l'immeuble de Carry la villa de Sausset, les viaducs du train de Marseille à Miramas La Côte Bleue La Côte Bleue s'étend du Cap Couronne à la calanque de la Vesse, du golfe de Fos aux confins de Marseille.s'étend du Cap Couronne à la calanque de la Vesse, du golfe de Fos aux confins de Marseille.

Aussi se trouve-t-elle prise entre deux repères symboliques de la civilisation : les quatre cheminées de Lavéra à l'ouest et les barres d'immeubles de Marseille à l'est. La ville et l'industrie prennent en tenaille ces trente kilomètres de littoral rocheux qui s'abaisse doucement en abordant le delta du Rhône jusqu'à n'être plus qu'une dalle plongeante, bonheur des véliplanchistes, malheur des capitaines dont les épaves jonchent les fonds.

Danger de pollution ici, risque de bétonnage là, menace de surpâturage touristique et d'incendie partout, la Côte Bleue a su résister autant que faire ce peut à la destruction. Depuis 1980, le Conservatoire du Littoral a commencé à acquérir des terres pour les protéger. Aujourd'hui, avec plus de 3.300 ha, c'est le plus vaste site du conservatoire en France continentale. En mer, un Parc marin prend le relais et assure sa part de protection.

D'abord, il y eût, dans les années qui ont suivi la première guerre mondiale, un premier afflux de Marseillais, touristes du dimanche : l'ouverture de la ligne Marseille Miramas par le percement de tunnels et la construction de viaducs nombreux a ouvert la voie à la fréquentation du massif, de ses ports et de ses calanques où ne vivaient même pas 3.000 personnes.

Puis, dans les années 70, le développement de la plaisance a donné l'idée aux promoteurs de bâtir des marinas autour de ces abris naturels splendides que sont les calanques et les baies de la Côte Bleue. Une première route d'accès à un futur lotissement de 12 m de large et de 3,5 km de long été construite mais jamais utilisée... Les élus ont eu l'audace de résister aux sirènes tentatrices qui faisaient tinter l'or venu de la mer.

Bleue, sans doute, la côte. Mais au printemps, avant que juillet et août n'aient fait entrer la nature dans sa longue sieste estivale, le massif est un enchantement de couleurs tant les fleurs y sont nombreuses. Point n'est besoin d'être un naturaliste chevronné pour apprécier, la plus petite âme de poète suffit.

Par le train qui longe la côte mieux que n'importe quelle route ne le fait, ou mieux encore avec votre bateau quand les petits ports de pêche des calanques de la rade nord de Marseille ont enfin une place libre pour vous, revenez en avril quand les goélands préparent leurs nids au milieu des coquelicots, quand la roche la plus âpre offre des bouquets jaunes et mauves.


Christophe Naigeon

 

La végétation du massif est de trois types.

Le premier est constitué par les zones d'aridité et de garrigue rase ou clairsemée, il est dû aux conditions difficiles du milieu comme la forte pente, l'absence de sol ou d'eau, la dégradation par l'incendie, etc... Ces ensembles prennent la forme de garrigue à "peau de léopard" ou de pelouses à brachyopodes.

La deuxième catégorie regroupes les zones de garrigue à romarin et garrigue à chênes Kermès, offrant une couverture végétale relativement basse mais continue, à base d'espèces piquantes et touffues comme les ajoncs et les cistes.

Enfin, on trouve les boisements, essentiellement de pins d'Alep, qui se divisent en peuplements de pins adultes ou peuplements de jeunes pins en régénération.

La population de chêne vert est considérablement réduite sur le massif. Sa disparition progressive est une perte écologique.

En revanche, le caractère méditerranéen de la zone permet aux oliviers de survivre très longtemps après leur abandon et d'être encore un élément important du paysage. On y trouve également amandiers et figuiers.

Compte tenue de la diminution de la richesse biologique des milieux, la diversité et l'activité des espèces animales sont très affaiblies. Mais on y retrouve toutes les espèces courantes ainsi que certaines plus rares telles l'Aigle de Bonelli, l'Hibou grand-duc, le faucon...



Source :
Conservatoire du Littoral
Cabotages magazine, créateur du Nautourisme, revisite le nautisme et le tourisme côtiers en Méditerranée